PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

95 000 € pour le campement Rom de Borny : priorité à nos concitoyens précaires, pas aux clandestins

Caravanes campement illégal rom petit bois Borny
Campement rom illégal au petit Bois, à Metz Borny

Communiqué de presse de Françoise GROLET 

Après avoir annoncé la fin de l’opération « bidonville Louis le Débonnaire », la municipalité relance une opération similaire à Borny. Le Conseil d’administration du CCAS de la Ville a décidé le 1er octobre 2019 de monter un dispositif avec l’Etat (MOUS) pour accompagner le campement illégal  de Roms du petit bois de Borny. 14 ménages vont être suivis pour intégrer un logement. 

L’accompagnement sera même « renforcé » pendant 3 ans pour ceux qui n’ont pas de titre de séjour afin de leur « ouvrir des droits ». Une prime à la clandestinité en quelque sorte ? Il va falloir l’expliquer à nos concitoyens sur liste d’attente pour un logement social ! C’est la position que j’ai exprimée en tant que membre du Conseil d’administration du CCAS.

Dans sa grande hypocrisie, la municipalité avait fait expulser ces Roms du parking du Camping de Metz lorsqu’elle a rendu le stationnement payant. Il n’y a pas de petit profit. En revanche, ici elle attend pour réagir l’explosion des tensions avec les habitants de Borny riverains du petit bois où se sont installées les caravanes, rejointes par d’autres. 

Le maire annonçait que les 150 000 € dépensés pour le bidonville Louis le Débonnaire résorberaient la mendicité agressive à Metz. Pourtant le problème est toujours là, notamment le racket des automobilistes place St Etienne. 95 000 € aujourd’hui pour le bidonville Petit Bois à Borny, combien demain ? Sans compter les 10 000 € attribués également hier à « Solidarité Migrants Moselle » qui participe à l’afflux de clandestins.

Les moyens humains et budgétaires de l’action sociale de la Ville de Metz sont actuellement dévoyés pour servir de pompe aspirante à l’immigration clandestine, alors que les besoins augmentent : par exemple, la domiciliation de SDF au CCAS en 2 mois = + 107 élections de domicile pour 64 résiliations. 

Tant qu’un de nos concitoyens retraité, précaire, parent isolé, jeune à la rue, manquera du nécessaire, notre devoir de justice et de solidarité sera de s’occuper des Messins d’abord.

Françoise GROLET Élue de Metz et de la Métropole, Conseillère régionale du Grand Est, candidate à la mairie de Metz en 2020

Départ de l’ICN : les intérêts de Metz métropole n’ont pas été défendus
Un islamiste étranger auteur d'actes antisémites remis en liberté à Metz : intolérable !
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :