PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Subventions pour le bidonville officiel de la Ville de Metz


Intervention de Françoise Grolet lors du conseil municipal de Metz le 23 février 2017 : Décision modificative budgétaire n°1

Unique réponse du maire de Metz : « Je n’ai pas l’intention de répondre à Mme Grolet ! » Sur l’enregistrement de la séance, on l’entend chuchoter pendant l’intervention (à 06:00′) « Qui est ce qui répond ? » Est-ce à dire que Dominique Gros n’a aucune explication à fournir aux Messins ?

Cette décision affecte 30 000 € en investissement qui seront remboursés par le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), pour financer une barrière séparant de la voie ferrée le Bidonville officiel de la Ville de Metz. Pour un programme dit « expérimental », c’est de plus en plus surréaliste…

Dans le même temps, 92 000 € en fonctionnement sont attribués par la Ville au CCAS pour ce programme.

Ne vous effarouchez pas du terme de « bidonville », c’est celui employé sur la délibération du Conseil d’administration du CCAS du 14 décembre 2016 : « accompagnement des familles du bidonville Louis le Débonnaire ». Un titre digne de l’Unesco ?!

Le conseil d’administration du CCAS a voté en décembre (enfin, sauf le FN qui a contesté cette expérimentation) une contribution de 44 800 €, qui était annoncée comme 1/3 des 150 000 € du coût total du projet cofinancé par l’Etat et la fondation Abbé Pierre. Et aujourd’hui vous annoncez un coût de 92 000 € ! Une question :  de quoi s’agit-il précisément ? S’agit-il du coût de la maîtrise d’oeuvre plus des « interventions techniques » citées dans le rapport ?

Même inflation des chiffres concernant le public ciblé par cet « accompagnement-relogement », des Roms de Transylvanie. En juillet dernier, au conseil municipal où vous avez déjà voté 30 000 € de subvention, on nous annonçait 13 familles.
En décembre au CCAS : 16 familles en précisant que 2 étaient déjà relogées. En janvier 2017 dans un reportage sur TF1 : 17 familles ! Pouvez-vous nous donner des explications ? S’agit-il, comme nous l’avions dit, d’un projet ingérable parce que servant de pompe aspirante à l’immigration clandestine ? 

Dans cette Décision Modificative, encore un « cadeau » de 14 000 € pour le CCAS, qui était plutôt habitué à l’austérité de la part de la municipalité. Il s’agit de la gestion du camp de Blida, l’autre bidonville saisonnier de la Ville pour les migrants affluant à Metz. Le coût global du campement de Blida, du 26 septembre au 8 novembre 2016, a été annoncé en conseil d’administration du CCAS à 62 000 €, l’Etat devant rembourser le reste (cf convention ci-dessous). Peut-on savoir si le CCAS a été remboursé des 48 000 € restants dus par l’Etat ?

Autre sujet, sur la page suivante de la DM, on retrouve une recette de l’Etat de 120 000 € attribuée dans le cadre du « plan Migrants », pour rembourser la charge supplémentaire pour les services municipaux de l’hébergement de demandeurs d’asile (scolarité…). Dont seulement 20 000 € sont reversés au CCAS qui a géré le campement de Blida.

Plus 20 000 € réservés pour faire face à des dépenses imprévues, qui ne le resteront pas longtemps, puisqu’avec le printemps, le campement va se reconstituer comme chaque année…

Au final, cela ne change pas grand chose pour le contribuable, qui est de toutes façons taxé pour alimenter les pompes aspirantes d’une immigration clandestine incontrôlée.
Quel bilan accablant au final : la France ne s’occupe pas correctement de la misère qui existe bel et bien chez les nôtres, de même que l’Etat est incapable de gérer l’afflux de migrants, et surtout les vrais demandeurs d’asile !

CCAS Blida 5 CCAS Blida 4 CCAS Blida 3 CCAS Blida 2 CCAS Blida 1


portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz
Conseiller régional Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine
Un marché déménagé et encore un parking supprimé à Metz
Devant le désarroi des habitants en Outre-Seille, des actions ?
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
1 commentaire
  1. Il me tue, ce maire, qui refuse de repondre a un élu : c’est bien notre argent qui est en cause, c est pas comme s’il faisait le genereux avec son argent propre !

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :