PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Une stratégie Allemagne pour la Lorraine ?

Françoise Grolet est intervenue au Conseil régional de Lorraine, le 2/10/15, sur le Rapport « Stratégie Allemagne de la Lorraine » 

« Monsieur le Président, quand j’ai fini d’étudier ce Rapport, j’ai eu envie de vous dire : « Na, und ?! »

Et après ?! Qu’en sera t’il de la Stratégie Allemagne de la Lorraine-qui-va-disparaître en décembre 2015 ?

En juillet, se tenait à Metz la conférence ministérielle franco-allemande. Elle ne fut rien de plus qu’un exercice d’autosatisfaction générale, la Lorraine n’était pas prête pour faire valoir ses orientations stratégiques face à la Frankreich Strategie sarroise. Et aujourd’hui, on vote cette Stratégie en catimini lors d’une Commission permanente, avant de fermer boutique !

Mais au fait, fallait-il attendre l’approbation de notre assemblée pour lancer un dispositif aussi… déconcertant, tant il enfile de perles, énonce de concepts vagues, à côté d’une liste d’actions efficaces, mais souvent déjà bien engagées par certains partenaires. Il est vrai que promouvoir et coordonner les projets de 17 parts du millefeuille lorrain, c’est un défi que nos voisins allemands ont du mal à comprendre…

Il y a, nous en sommes convaincus, des pistes à suivre dans ce rapport, des axes forts à souligner, ou à faire mieux connaître au grand public (comme nos filières d’enseignement franco-allemandes) pour faire fructifier cette Stratégie Allemagne.

Mais noyées dans un tel fatras que la stratégie devient illisible, et le sera encore plus quand la Lorraine sera fusionnée dans la grosse Région (à ne pas confondre avec la très superflue Grande Région), sous le leadeship d’une Alsace qui a bougé bien avant nous : quand il était encore temps.

Ce document, c’est juste une réplique, la réplique socialiste au tremblement de terre de la Frankreich Strategie sarroise, qui aurait dû nous secouer.

Mais côté français, on n’était pas prêt à mettre le paquet sur la langue du voisin (ou langue des voisins, voire langue régionale). L’allemand est suspecté d’élitisme comme chacun sait ! Najat Vallaud-Belkacem aura beau multiplier les déclarations contraires, l’enseignement de l’allemand, privé de ses dispositifs moteurs, risque de reprendre sa régression une fois que sa pratique en classe bilangue sera réservée à ceux qui l’ont commencé au primaire. Et il sera dilué au collège en tant que seconde langue. C’est à dire inaccessible à ceux que la Lorraine s’est donné comme objectif de convaincre : les élèves des filières techniques et professionnelles, qui sont si prisés par l’Allemagne alors qu’ici,francais_allemand ils sont souvent orientés malgré eux. 

La ministre de l’Education viendra bientôt à Metz signer une convention faisant de la Lorraine une « exception culturelle » obtenue sous la pression, avec les classes bilangues « de continuité ». Mais sans dynamique nationale en faveur de l’allemand, que feront les élèves qui arrivent au collège en Lorraine en provenance d’autres régions ? Et comment pourvoir les postes de professeurs promis et qui manquent déjà ?

Ne le niez pas, vous-même Monsieur le Président avez dû mettre les points sur les i (voir, en annexe du Rapport, votre courrier insistant à la ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem, ainsi que celui de Matthieu Klein, autre socialiste, qui est peut être pour cette raison votre émissaire pour mener cette Stratégie allemande, c’est encore la revanche de Nancy sur Metz ! La Moselle, qui est LE département frontalier de l’Allemagne, n’avait elle donc aucune légitimité à piloter ce dossier ?

Donc, oui au renforcement de l’allemand dans la formation initiale et professionnelle, qui sont notre cœur de métier. L’ouverture, au Lycée des Métiers de l’automobile de Marly d’une section bilangue va dans le bon sens. L’accord-cadre sur les formations professionnelles aussi, qui permet aux apprentis d’effectuer des stages dans des entreprises allemandes. Il faut également mettre les outils de formation professionnelle en adéquation avec la demande, aider à une mobilité qui peut être déterminante, pour sortir du chômage des personnes à qui il manque l’outil de la langue, répondant ainsi au succès des agences franco-allemandes pour l’emploi, comme celle de Sarreguemines, ouverte début 2014 et qui fait rêver ceux qui fréquentent Pôle emploi : (55% des personnes placées dont 60% CDI soit 357 sur 644 suivies).

Le 2ème objectif à rendre opérationnel, c’est d’accompagner les entreprises lorraines. Mais pas à la façon socialiste, en alourdissant les structures publiques dont le financement pèse sur ceux qui entreprennent. Il est donc important d’intensifier les partenariats. Après celui sur les Matériaux qui démarre enfin (« Intermat »), le cluster automobile s’annonce enfin, (même si le terme a du mal à passer ces jours-ci avec le scandale VW), c’est un domaine qui a du sens dans notre région comme en Sarre, avec respectivement 30 000 et 40 000 emplois.

Vous vantez la « silver economy » ? Oui, la Lorraine lance ces jours-ci la première « silver region transfrontalière », mais rien de « différenciant » comme vous vous plaisez à le dire. La plupart des régions ont déjà investi la silver economy depuis 2 ans (c’est obligatoire avant début 2016), dont… l’Alsace, qui organisait il y a quelques jours une rencontre franco-allemande sur l’assistance à l’autonomie à domicile.

Ici, on multiplie les guichets uniques (quel paradoxe !) pendant que l’Allemagne s’appuie sur l’initiative privée. Ici on envoie des signaux négatifs, comme la régression de l’enseignement de l’Allemand, alors que tous les petits Sarrois seront parfaitement bilingues dans quelques années. Ici, on fait du saupoudrage et de la communication, et alors que les transports sont le problème quotidien des Lorrains, on menace la ligne intra-urbaine Sarreguemines/Sarrebruck (instabilité toute française), on oublie la ligne Metz-Trêves…

Dans le Plan d’action, je suis peut être naïve mais je me demande s’il n’y a pas une erreur de copié/coller en page 44. Dans les Objectifs à moyen terme, répété mot pour mot 2 paragraphes plus loin dans les Objectifs à long terme, vous voulez « faire du réseau ECCAR (Coalition de villes contre le racisme) le cadre d’échanges entre citoyens français et allemands sur la thématique des politiques de lutte contre le racisme, la discrimination et la xénophobie et établir un échange d’expériences ». Rien que ça !  

12036618_505201916315974_3923696720066402576_nUne fois c’est déjà trop en matière de bourrage de crâne et de culpabilisation des citoyens, qui n’accepteraient pas sans broncher la déferlante migratoire dont les réfugiés ne sont que l’avant-garde.

A moins que cette répétition à moyen et long terme ne soit volontaire, car vous entrevoyez les problèmes de cohabitation que va immanquablement générer l’arrivée sur notre terre d’un flux jamais connu de migrants. Eh oui, l’Histoire et l’actualité nous enseignent que les sociétés multiculturelles sont des sociétés multiconflictuelles.

Il y aura certainement des « échanges d’expérience » à faire avec les Allemands, qu’Angela Merkel a placés dans une situation intenable. En tous cas, je ne sais pas si la dépression démographique allemande est en voie de résorption, mais il est sûr que nos jeunes en recherche d’emploi transfrontalier risquent de se faire supplanter par d’autres travailleurs moins exigeants.

En attendant, vous venez de nous asséner une subvention de 200 000 € pour aider à l’installation des migrants, et notre position a été caricaturée. Sachez que nous n’accepterons pas vos leçons de morale, alors que vous n’êtes déjà pas capables d’installer correctement les demandeurs d’asile déjà présents, voulez-vous que je vous emmène dans des bidonvilles près d’ici avenue de Blida ? J’accepte encore moins les invectives du Parti communiste, qui a 100 millions de morts sur la conscience ! 

Il faudra plus qu’un catalogue de mesures hétéroclites pour répondre au défi de la Stratégie France du Land de Sarre. Pour conclure sur cette « stratégie allemande », nous lui souhaitons beaucoup de succès et d’abord d’efficacité, à condition que la Lorraine se concentre sur les domaines où elle sait agir, et utilise au plus juste les ressources publiques qui ne sont pas infinies : les contribuables sont en train d’en faire le douloureux constat.

Françoise Grolet
Conseiller régional de Lorraine

L'argent des Lorrains pour l'armée d'Arabie Saoudite !
Propagande d'extrême-gauche subventionnée à Metz
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
1 commentaire
  1. Metz sort ces plus beaux drapeaux , pour une visite qui manque pas de toupet ! merkel non merci !

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :