PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Une vision transfrontalière pour Metz, pas de colloques immigrationnistes ni centenaire de Karl Marx !

Conseil municipal du 30 novembre 2017, Subvention 2018 à l’association « QuattroPole » 

Je ne résiste pas à vous lire un petit extrait des nouveaux statuts du Quattropole :
« Dans un souci de lisibilité nous avons renoncé à l’ajout systématique de la forme féminine. Il est donc rappelé que l’emploi exclusif de la forme masculine a valeur exclusivement générique ». Quel charabia !
Certes on parle DU Quattropole, mais tout de même… s’agissant d’une association (f) qui réunit 4 villes (f) de la grande Région (f) formant une alliance stratégique (f), je me demande où le féminin pourrait se sentir frustré ! Avec même la parité parfaite au Directoire (les maires des 4 villes), même si le président actuel est un homme, n’est ce pas monsieur le Maire ? 

Sur le fond, j’ai deux remarques à faire, un bon point et un mauvais point. 
Le bon point, c’est la subvention qui diminue de 20 000 €. Il ne s’agit pas d’un accès de frugalité, non… C’est la vertu du statut des associations de droit allemand, qui oblige à considérer toute subvention non utilisée comme une dette aux collectivités. Le Quattropole n’ayant pas consommé toute sa dotation, il nous demande « seulement » 80 000 € cette année. De quoi amoindrir le regret que Metz ait laissé filer l’association à Sarrebruck et le secrétariat au Luxembourg (Esch sur Alzette). 
Justement, quelle est la place de Metz dans cette coopération transfrontalière, quelle est notre vision ? Quel rôle voulons-nous jouer au delà de ces relations institutionnelles et des grand messes ? Allons nous nous satisfaire de réunir les élus, les passionnés, les incontournables, sans plus d’ambition à destination de nos concitoyens ? Je vois comment l’Alsace organise le bilinguisme dans son système scolaire avec tous les partenaires, que fait Metz ? Je vois la Meurthe-et-Moselle prendre la main sur le transfrontalier, se positionner comme interlocuteur de la Sarre ou du Luxembourg, je vois Reims se positionner comme capitale de la relation franco-allemande, où est Metz ? 

Ne nous contentons pas d’être la ville wunderbar, qui a accueilli le Sommet franco-allemand en 2016 !

 

Stand de Trêves Sarrebruck Luxembourg au colloque du Quattropole le 22/11

Celui-ci a accouché d’un Conseil franco-allemand à l’intégration, alors qu’il s’agit d’un problème éminemment politique et souverain. Dans la même veine, se tenait ici même la semaine dernière une manifestation du Quattropole sur le thème « immigration : une chance pour nos 4 villes ». Proposition hasardeuse, tant les témoignages allaient dans le sens inverse. Comme les difficultés à intégrer correctement à Trêves des migrants de 140 nationalités différentes ! Vous avez tenu des propos très réalistes, Monsieur le maire, en soulignant que beaucoup de migrants sont tout à fait informés, en arrivant, de ce qui se passe, mais qu’ils le supportent (vous pensiez sans doute aux conditions d’accueil – si l’on ose dire – à Blida), parce que leur volonté de changer de vie est la plus forte. De façon très dépassionnée : je ne crois pas que cet afflux soit une chance pour Metz, pas plus que pour eux (je ne parle pas bien entendu des vrais réfugiés), et encore moins pour leur pays qui est privé de leur énergie.

Nous ne mettrons pas plus d’enthousiasme à fêter, comme nous y invite le Quattropole, le centenaire du sinistre Karl Marx, né à Trêves… quelle indécence, s’agissant de l’inspirateur de l’idéologie qui a fait plus de 100 millions de morts !

Logo de l’école biculturelle St Maximin à Metz

J’en reviens à ce qui devrait être l’ambition de Metz, comme moteur des relations transfrontalières, notamment franco-allemandes.

Tout simplement, dans nos compétences propres, il y a l’école primaire. Or, l’école maternelle et élémentaire biculturelle de Metz s’est vu supprimer un demi-poste d’assistant d’allemand, il y a quelques années, suite au recentrage budgétaire du département. Ce demi-poste n’est toujours pas rétabli :  il y en a pour 11 000 €. 

Avec les 100 000 € annuels (un peu moins exceptionnellement cette année) de subvention au Quattropole, on pourrait réembaucher cet assistant d’allemand… conforter la filière bilangue de Metz qui va de la maternelle à l’enseignement supérieur… l’ouvrir d’avantage aux apprentis et lycéens pros, pour lesquels il y a un vivier d’emplois si on maîtrise la langue du voisin… Que de choses restent à faire ! 

Un autre objectif d’importance pour nos concitoyens : les déplacements.

Dans le programme 2018 du QuattroPole, il est question de promouvoir les réseaux de déplacement, là il est clair que le lobbying est indispensable ! Je souligne qu’un ancien ministre président de la Sarre, et ministre fédéral des transports, Reinhardt Klimt, avait initié une action à ce sujet en 2010 et même écrit un livre. De l’A 31 aux TER, + la LGV Est qui depuis l’ouverture de la ligne jusqu’à Strasbourg, est en train de contourner la Grande Région (Metz, Sarrebruck), il est urgent de se concentrer sur les questions à enjeu pour le quotidien de nos concitoyens notamment travailleurs frontaliers. 

Pour conclure, je fréquente une autre instance transfrontalière, le Conseil parlementaire de la Grande Région (CPI). Au delà des relations humaines dont je reconnais tout à fait l’importance, je sais combien toutes ces structures sont lourdes (absentéisme des participants…) et conventionnelles.
Ainsi le Budget 2018 du Quattropole consacre 137 000 € aux frais fonctionnels pour seulement 215 000 aux projets eux-mêmes !
C’est parce que nous aimons l’Europe, que nous souhaitons des relations transfrontalières plus efficaces et utiles.

portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN/RBM au Conseil municipal de Metz
Conseillère de Metz Métropole
Élue régionale du Grand Est – Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine
Que fait le maire pour les rues commerçantes du centre-ville ?
On ne remplit pas une crèche comme un parking
Faites le Savoir Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Sondage Migrants

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :