PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

La Politique de la Ville à Metz : des millions pour la dés-intégration

Intervention de Françoise Grolet  au conseil municipal du 22 février 2018 concernant le Financement d’actions dans le cadre du Contrat de Ville – 1ère programmation 2018.

Des quartiers au bord de l’explosion

 

 

C’est le président des PEP 57 (Le Républicain Lorrain, 16/02/18) qui le dit : les associations de la Politique de la Ville oeuvrent pour « éviter l’explosion ».

Républicain Lorrain

La Ville de Metz attribue, pour la première programmation de 2018, 567 450 € de subventions, plus celles de l’Etat. S’ajoutent, selon les projets : la Région, le Département, les organismes de logement social, la Caisse d’Allocations Familiales… soit des millions d’argent public !

Pendant l’été 2017, E. Macron a supprimé brutalement à Metz 90 000 euros sur les 130 000 affectés à certaines actions, mettant en difficulté les associations déjà engagées. Le gouvernement s’est engagé pour 2018 à « sanctuariser » les budgets contractualisés : ses promesses seront suivies de près.

Au total, ce sont des budgets énormes que la municipalité déverse année après année dans les quartiers en difficulté. Avec quels résultats ? Aucun bilan n’est fait sur l’efficacité de cette politique, ce qui permet aux élus de répéter année après année que sans la Politique de la Ville, ce serait bien pire.

 

 

 

Un constat inquiétant : de plus en plus de filles cloîtrées à la maison

Au Sablon Sud, à Bellecroix, à Metz Nord, etc… les centres sociaux et associations présents dans les quartiers dressent le tableau inquiétant d’une « tendance au repli sur soi et au communautarisme culturel ».
Autrement dit sans langue de bois, on constate la progression des moeurs islamiques : « les filles sortent très peu de chez elles » (Bellecroix), « l’invisibilité des jeunes filles adolescentes sur le quartier pose question » (St Eloy Boileau Prégénie).

Conséquence soulignée par une association chargée de l’aide aux devoirs : « depuis deux ans, nous constatons que de plus en plus d’enfants suivent les cours par le biais du CNED » (= par correspondance). L’acquisition d’une méthodologie est « d’autant plus utile que beaucoup de familles du quartier souhaitent que leurs enfants ne continuent pas une scolarité ordinaire au collège mais qu’ils suivent des cours par correspondance par le CNED ».
De fait, sur les collégiens inscrits, 14 sont au collège public, 8 sont au CNED !

On pourrait penser que la priorité politique est de tout faire pour contrer l’emprise de l’islamisme, et permettre aux jeunes filles de vivre « à la française ». Mais ce n’est pas le choix des élus de gauche comme de droite, oscillant entre clientélisme et démission. Quitte à fermer les yeux sur les fillettes voilées et jeunes filles soustraites aux valeurs françaises.

La Politique de la Ville, politique de dés-intégration

Au lieu de tout mettre en oeuvre pour intégrer, beaucoup d’argent public est consacré à cultiver le communautarisme, ex. « Travail culturel sur les origines » (subvention de 10 620 € à Bellecroix).

La barrière de la langue est indiquée comme un frein à l’insertion donc à l’emploi (« Principales difficultés rencontrées par les chantiers d’insertion : la plupart de notre public n’écrit ni ne parle correctement le français »).
Et alors que l’apprentissage de la langue française devrait être la priorité des priorités, on trouve une nouvelle subvention pour une association qui donne des cours de langue tamoule (Hauts de Vallières) !

Mention spéciale « langue de bois » à l’association Fruits et Vin de Metz

Pour justifier sa demande d’émarger au budget « Politique de la Ville » pour planter des vignes à La Patrotte, cette nouvelle association présidée par un proche du maire écrit : « Objectif Promouvoir les enjeux de citoyenneté et de laïcité : la vigne permet de produire du vin mais aussi du raisin comme fruit de consommation : chacun doit accepter ses différences ». Un tel hommage au politiquement correct vaut bien une subvention de 2 000 € !

Mettre fin à la préférence étrangère

Pour nous, il est indispensable de réaliser un bilan des actions Politique de la Ville financées par Metz et maintenant aussi par Metz Métropole. Il faut privilégier les projets utiles à tous – il y en a aussi parmi les associations subventionnées – et mettre fin à la préférence étrangère. Des économies importantes pourront être faites, afin que l’argent public aille d’abord aux missions de service public.

 

Retrouvez l’intervention de Françoise Grolet sur :  https://metz.fr/pages/conseil_municipal/seances/point-4514.php

portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN/RBM au Conseil municipal de Metz
Conseillère de Metz Métropole
Élue régionale du Grand Est – Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine
Opacité des transactions immobilières à Metz : la vente des anciens Frigos annulée
TCRM Blida : priorité au culturel perfusé aux subventions ou à l’économie numérique ?
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :