PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Metz : gestion dépensière et envolée de la dette

lasemaine-dette-pas-une-mauvaise-chose-toulouze-25-05-2016
(« La dette n’est pas une mauvaise chose » d’après les socialistes. @La Semaine, le 25 mai 2016)

Le Conseil municipal du 26 mai a examiné le Compte administratif 2015, c’est à dire le budget réalisé. Françoise Grolet est intervenue pour le groupe FN, commençant par une devinette.

 » Le quotidien local proposait hier un mystère à résoudre. Je ne parle pas du  » mystère des taches bleues sur les voitures de Marange « … Ni même de « L’intrigante flambée des adhésions au PS de Metz  » (fortes réactions des élus PS, touchés à vif)… Non, c’est le scoop des  » Messins chaque année plus riches » ! Certes, l’UEM, notre Usine d’électricité rapporte des dividendes à la Ville (12,3 millions cette année), mais qui viennent éponger les gaspillages socialistes. Croyez-moi, ce titre associé à la photo du maire socialiste a fait sursauter bon nombre de Messins ! »

Intervention :

Explication de vote :

D’où vient l’argent du budget municipal ?

Des impôts : et encore une fois, Dominique Gros tente de nous enfumer, prétendant n’avoir pas fait de « modification des taux de fiscalité pour la 5e année consécutive« … Et pourtant, en septembre 2015, par des jeux d’exemptions, ils ont ponctionné 1 million € de plus sur le contribuable : 800 000 € de Taxe d’habitation, 125 000 € de taxe sur l’électricité !
De plus, les bases fiscales sont revalorisées par l’Etat de 0,9%. Si le maire était honnête avec ses administrés, ayant tellement vanté sa sobriété fiscale, il aurait baissé les impôts de 0,9%. Ça, c’est du courage politico-financier !

De la dette : Dominique Gros endosse encore une fois le costume du bon gestionnaire, avec une dette par habitant de 344 €, inférieure à la moyenne des villes de + de 100 000 habitants, oubliant qu’on ne peut comparer Metz (119 551 habitants) à Lyon ou Marseille. Et disons tout de suite que l’évolution de l’endettement est mauvaise, avec une multiplication par 4 en 3 ans ! Enfin, le maire escamote la dette de l’agglomération, qui est vertigineuse : 4€ par habitant en 2007, 874 € en 2014 : + 21 750 % pour payer la folie Mettis !
Et n’oublions pas la dette publique due à la gestion UMPS : 33 000 € sur les épaules de chaque Français.
HEUREUSEMENT que l’UEM a généré 12,3 millions €, sinon l’emprunt serait déjà à 50 millions !

À la Une du Républicain Lorrain, le 25/05/16

À la Une du Républicain Lorrain, le 25/05/16

Des usagers : notamment par le CCAS dépouillé par la municipalité de son activité « petite enfance ». Et ce n’est pas fini, puisqu’ils parlent de plus en plus de se débarrasser des foyers logement pour les personnes âgées !
Pour les parkings, on constate une baisse des redevances. Y aurait il une perte d’attractivité de Metz, malgré les discours socialistes ?
Quant aux recettes des parcmètres, elles augmentent, malgré la baisse des transactions (bis : perte d’attractivité ?) C’est dû à la hausse des tarifs l’an dernier… qui va encore nuire à l’attractivité de notre ville. Nous n’entendons que ça : « le parking est trop cher à Metz, autant aller dans les zones ! »

Des dotations de l’Etat, lesquelles diminuent « en contribution au redressement des finances publiques« . C’est du marketing politique ! En fait l’Etat socialiste fait porter le poids de sa mauvaise gestion aux collectivités. Il n’y aurait aucune diminution du déficit budgétaire si la Commission européenne ne faisait pas pression sur le gouvernement, alors que la France est un généreux contributeur au budget de l’Union européenne.
Et ne dites pas à l’Etat que la population de Metz diminue à 119 551 habitants, sinon on va encore perdre des dotations !

De la « navigation à vue » du gouvernement : souvenez-vous de la suppression de la demi-part fiscale des veufs, qui avait rendu un grand nombre de retraités imposables. Face à l’indignation des Français, le gouvernement avait remis en place des exonérations de taxe d’habitation, et compense le manque à gagner pour les collectivités (+ 900 000 € pour Metz). Mais l’Etat nous spolie encore une fois, il manque 70 000 € à la charge de la Ville. Et n’oublions pas que François Hollande laisse avec cette « compensation temporaire » une bombe à retardement à ses successeurs !

Comment ont été dépensés les 205 447 652 € de budget ?

La municipalité socialiste fait des « efforts de maîtrise des charges de fonctionnement courant » : cela se traduit par une baisse du service public, qui selon nous n’est pas de la mauvaise graisse.
« Le niveau de service a été réinterrogé » nous dit-on : c’est joliment dit, pour une austérité appliquée au personnel (moins d’agents titulaires, mais plus d’emplois aidés).
Nous disons qu’il faut non pas diminuer les charges de personnel, mais se recentrer sur l’essentiel en revalorisant les missions de service public, et notamment conserver les postes en lien avec le public (police, propreté, gardiennage…), car la présence humaine est irremplaçable, dans notre société troublée. L’entretien des bâtiments, par exemple, n’est pas un luxe sur lequel on peut rogner, mais une gestion de bon père de famille.

La municipalité fait porter l’austérité sur les initiatives locales (- 5,37 % de subventions)… mais augmente les subventions à la culture (+ 6,12% pour Metz en scènes, + 150 000 € pour le Centre Pompidou Metz) : des choix bien éloignés du quotidien toujours plus difficile des Messins !

Ce budget en trompe l’oeil, à l’image de la municipalité socialiste, marque bien une gestion dépensière, sans priorités, sans économies utiles, et une fuite en avant dans l’endettement.

portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz
Conseiller régional Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine
Soutenir les jeunes sportifs, au FC Metz comme dans les clubs
Metz : la grande Mosquée financée par les Etats arabes
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :