PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Fusillade à l’hypermarché de Metz-Borny : Règlements de comptes à O.K. Cora.

 

Hier, lundi 27 mai à 21h, l’hypermarché Cora à Metz-Borny s’apprête à fermer ses portes, les derniers clients sortent du magasin, les employés de la cafétéria qui ferme à 20:30 sont en train de partir. Une voiture passe devant l’entrée, des coups de feu claquent. Une personne est blessée au ventre. Les vitres des portes tournantes ont éclaté, des gens courent dans tous les sens, du sang macule une voiture du parking. Transportés au CHR de Metz-Mercy, le blessé est mort le lendemain. La police évoque la possibilité d’un règlement de comptes lié au trafic de drogue, la victime étant « défavorablement connue des services de police », traduction en langue française : un rouage dans le trafic de drogue à Borny, aux Quatre tours rue du Limousin (illustration ci-contre).

On n'est pas à Beyrouth, mais à Metz-Borny.

Entrée de l’une des Quatre Tours rue du Limousin (Metz-Borny).

 

Voilà la scène traumatisante vécue par certains de nos concitoyens venus témoigner auprès de nous, lesquels se demandent, en revenant sur les lieux, ce qui serait arrivé s’ils avaient franchi les portes de sortie 10 minutes plus tôt ou plus tard.  Citoyens messins qui ressentent comme un affront les affirmations des socialistes : « Metz, ville sûre », et refusent d’être les prochaines victimes du laxisme envers les voyous érigé en politique par le garde des Sceaux Christiane Taubira. Des citoyens qui aspirent à une prise en compte lucide et déterminée de la dangerosité de la société actuelle.

 

Chantier de la Boîte à Musique (BAM) à Metz Borny

Chantier de la Boîte à Musique (BAM) à Metz Borny

 Notre réponse aux Messins : nous nous engageons à ce que la sécurité devienne la priorité pour la municipalité. La gauche municipale, avec le soutien de la pseudo-opposition, trouve de l’argent pour faire refaire la signalétique par un designer (700 000 €) ou construire à Borny une salle de Musiques actuelles (15 millions d’euros). Mais les habitants de Borny -et d’ailleurs- réclament d’abord la sécurité ! les moyens financiers actuellement dévoyés dans des gaspillages successifs doivent être réorientés pour permettre de retrouver la tranquillité dans notre ville.

Nous mettrons en oeuvre plus d’effectifs et de moyens pour la Police municipale, une meilleure information et coordination entre services municipaux et Police nationale, pour que les voyous ne fassent plus régner leur loi dans les quartiers abandonnés. 

Pôle Asile de Metz : juste un déplacement du problème, de Bellecroix au Pontiffroy
Metz a maintenant sa "signalétique" branchée...
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
12 commentaires
  1. Vous parlez de sécurité d’arme de drogue mais vous ne connaissaient strictement rien à la vie de quartier restez dans vos petite résidence de bourgeois loin de tous problemes quand un jeune cherche un emploi pendant plus d’un mois et qu’on lui ferme sans cesse toute les portes parce que c’est un étranger ou car il vient d’un quartier ou bien par ce qu’il est jaune ou vert ou rose et j’en passe et votre soit disante police qui est la pour faire régner l’ordre public et qui n’a pour mot d’ordre que la répression dans ses quartier et bien dite vous combien de jeunes sont dans cette situation aujourd’hui a travers la France et avec quoi ses jeunes qui sont laissé à l’abandon doivent vivre et quand aux association qui sont censé aider ces jeunes excusés moi mais elle ne servent à rien a part discuter cette population n’a pas besoin de discuter mais de travailler et vivre dignement quand aux probleme des armes sachez qu’il faut de tous pour faire un monde si des armes circulent à tous va dans ses quartiers c’est grâce à l’état qui espèrent voir ses gens qui vivent dans la misere se buter entre eux la population augmente il faut des moyens pour la réguler cela passe par le trafic d’arme quand à la drogue elle est vital au sein de cette société mafieuse car le traffic de drogue rapporte plus à l’état que si celui ci était légalisé enfin pour finir quand un pays se porte mal politiquement et financièrement les bergers effraye les moutons en criant aux loups pour que toute l’attention soit tourné vers le loup alors que les vrais problèmes perdurent continuons à payer nos impôts a travailler pour encourager ce système pervers et l’enrichir à financer des guerres contre des ennemies fantôme qui ne sont que le fruit de cette mafia qui n’est que l’état .

  2. Le quartier de Borny, est un lieu ou de multiples nationalités cohabitent sur une meme zone c’est tres bien, cependant le marché de drogue est devenu un fléau banal et bien sur le trafic d’arme aussi avec ses règlements de comptes gérés par des réseaux très bien structurés.
    le quartier se veut innovant avec des travaux pour un mettis mais avec quel argent ??? certaines structures sont créées, cependant cela ne crée pas d’emplois en plus, le nombre d’agressions et insultes en tous genres ont explosé,incendies d’immeubles ou voitures.
    les impots flambent, l’insécurité gagne du terrain, la police injoignable ne se deplace pas, et quand ils se déplacent ils arrivent 30min apres. c trop cool !!!!!
    il est temps de réagir et que chaque messin prenne la décision qui changera leur facon de vivre.

    • Le problème n’est pas qu’à Borny malheureusement, il existe aussi à Bellecroix et dans de nombreux autres quartiers en France.
      J’ai vécu 10 ans à Borny et j’y ai tenu un commerce jusqu’en 1992. Je ne regrette pas d’être partie, car la vie est devenue infernale, le quartier s’est énormément dégradé et pour rien au monde je n’y retournerai.
      Donc, même si cela déplait à Edouard, je suis d’accord avec vous Matt. Il faut agir avant que cela soit trop tard.

  3. Il ne faut quand même pas exagérer, il n’est pas plus dangereux de vivre à Metz que dans n’importe quelle autre ville ou même dans un village.
    Il est possible de s’y promener le soir sans se faire agresser, on est victime de petits larcins certes (vol de vélos) mais ceci est due à la grande misère sociale régnant dans le quartier. Certains vendent de la drogue dans la rue mais il y a de la demande de la part des consommateurs, légaliser les drogues douces (cannabis, herbe) serait une solution je pense.
    De plus si les journalistes avaient enquêté un peu, ils auraient appris que ce règlement de compte n’est pas du à la drogue mais à une affaire de couple. Le tireur s’est simplement fait piquer sa copine par l’homme qu’il a descendu.

    • @PSYCHEE: alors là si je suis votre raisonnement, parce qu’il y a de la misère sociale c’est normal de se faire piquer son vélo (dites ça à la personne à qui s’est arrivée devant l’hôtel de ville pendant le conseil municipal). Il faut aussi légaliser un fléau pour que justement ça n’en soit plus un… ??? C’est la logique Taubira ça!
      Et peu importe l’origine du conflit entre les deux personnes, ça reste quand même innommable d’abattre un homme de sang froid, en pleine journée. Et à Borny, ça commence à devenir de plus en plus fréquent! Nous souhaitons sécuriser ce quartier au plus vite avant que ça ne devienne un véritable far-west hors de contrôle!

    • Psychee, c’est peut être votre quotidien mais je ne suis pas sure de vouloir me promnener le soir dans Borny en toute sécurité et franchement j’en doute!!
      la peur règne dans ces quartiers, alors l’évènement du règlement de compte vous semble peut être anodin d’après vos dires mais c’est tragique quelque soit la raison, il y a mort d’homme quand même! vous pensez que les personnes y ayant assistées trouvent ce meurtre normal??
      Quand à la drogue c’est un fléau à éradiquer,…et non à légaliser!!

    • Version corrigée : il est plus dangereux de circuler de jour comme de nuit dans certains quartiers, à la différence d’autres où l’on se croit plus en sécurité (quoique).
      Habitant Borny, je confirme une grande misère sociale, mais également d’énormes moyens mis en oeuvre pour accueillir des familles nombreuses arrivant d’autres horizons, pour qu’elles puissent vivre dignement et ne manquent de rien. La misère est ce décalage entre la vie urbaine et ses règles (propreté, vivre ensemble, s’exprimer en français, code de la route, etc.) et l’indifférence de ceux qui reçoivent ces aides, leur incompatibilité à la vie moderne et le refus de s’adapter. Les responsables de la ville ont trouvé la solution : refaire un lifting au quartier et allouer des subventions pour que les nombreuses associations partisanes des différentes cultures puissent encore mieux s’exprimer.
      La drogue fait vivre beaucoup de jeunes (à voir les grosses cylindrées et modèles de luxe qui circulent). La police fait bien son travail, mais ce problème est national, lié ceux qui nous gouvernent et classent notre pays au palmarès de l’impunité.
      Une autre misère sociale et dont on ne parle pas, ce sont les conditions dans lesquelles vivent encore à Borny des personnes âgées qui ne se déplacent qu’en longeant les murs et en baissant la tête. Pour elles, on fait beaucoup moins car elles ne brûlent pas de voitures, mais elles tiennent à leur quartier.
      Psychee, venez vivre et vieillir à Borny !

  4. Metz est à l’image de notre pays qui se dégrade à allure croissante en abandonnant ses valeurs, sa rigueur, son indépendance politique, énergétique, sa langue, brefs toutes ces caractéristiques qui avaient fait de notre Pays une communauté nationale reconnue partout dans le monde et respectée.
    Augmenter les forces de Police à Metz peut être une bonne initiative mais force est de constater que ce sont essentiellement le « management » et l’objectif de maintien de l’ordre républicain qui semble faire désordre. Par exemple, même pour sanctionner les propriétaires de chiens qui souillent les places fréquentées par les enfants… nos ASVP qui se déplacent souvent à 2 ou 3 en véhicule renoncent à verbaliser. CE n’est pas leur laxisme qui est en cause mais l’absence d’ordres précis et de soutien en cas de contestation.
    Tout dérape à Metz : les impôts, la propreté, la sécurité des circulations où les panneaux indicateurs sèment parfois une dangereuse confusion dans la compréhension des automobilistes, l’éthique morale et politique (cas Pallez, mais aussi.. Jacquat précédemment), et l’idéologie socialiste y est destructrice de citoyenneté en mettant le social au détriment du citoyen honnête, travailleur et respectueux de la République, la réforme des allocations familiales illustrera bientôt ces propos, le RSA octroyé sans contrôle et sans contrepartie, idem pour l’allocation de parent isolé dont certains usent et abusent…
    Hélas le point de non-retour semble à présent atteint… la jeune génération se contemplant pacifiquement dans l’usage des joujoux (iphone, ipad, sms en tous lieux et à toutes heures…) qui les asservissent à l’esclavage intellectuel qui menotte doucement leur liberté à venir, faute d’une société qui renonce à favoriser la transmission des valeurs entre générations…

  5. …J’aime beaucoup le jeux de mot ! O.K. Cora ! C’est pas une blague à deux balles.

  6. exactement, tolérance zéro et priorité à la sécurité!
    Les trafics sont une plaie à Borny, il est temps d’y mettre un terme!
    Il est nécessaire de donner plus de moyens et d’effectifs aux forces de Police de la ville!
    Contrairement à D. Gros qui a fait retirer les patrouilles de nuit (pour les remettre certains jours jusqu’à 2h du matin ((parce qu’au PS la délinquance s’arrête à 2h00)), je suis convaincu qu’il faut au contraire lutter contre l’insécurité et la criminalité grandissante à Metz! Prévenir plutôt que guérir!!!

  7. Le règlement de compte est malheureusement conforme aux statistiques du quartier de Borny. Y résidant depuis 2004, j’ai relevé une moyenne avoisinant celle d’un mort par an lié au trafic de drogue.
    Détruire les anciennes barres, construire du neuf, ne résoudra rien. La boîte à musique permettra la vente directe de drogue aux jeunes qui viendront écouter de la musique et le quartier conservera sa réputation.
    Metz devient Marseille, à petite échelle heureusement, et ce n’est pas le gouvernement de lâches, des homos et de la racaille qui apportera des solutions. Face à ces problèmes, le maire de Metz est à l’image du président : inexistant. J’espère qu’au bout du septennat du président normal, les Français comprendront et se réveilleront. Car si la mairie change de main en 2014, il faut également l’appui d’un gouvernement ferme sur les lois et une justice qui s’occupe plus des délinquants que de défendre la cause des homos.

  8. nombres de personnes sont en insécurité et les évènements à Borny sont tragiques!!!
    comment peut on vivre dans de telles conditions ?
    aucune sécurité à Metz, en ville comme en banlieue, c’est la ville de la peur de jour comme de nuit
    il faut penser « tolérance zéro » !!!

    Monsieur le Maire;
    une ville comme Metz, qui ne peut assurer la sécurité de ses concitoyens, c’est terrible!
    continuez dans ce sens là ou prenez des leçons! Mais les messins ne vont pas oublier vos absurdités et votre manque de présence!

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :