PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Françoise Grolet : débat sur la réforme territoriale (conseil municipal)

Conseil municipal du 27 novembre 2014
Résumons.

Au commencement était la Commission Européenne, exigeant des grandes régions pour « länderiser », déconstruire l’organisation territoriale à la française.

François Hollande saisit au vol cette diversion aux vrais problèmes qui restent sans solution, et ouvre ce chantier plein de suspense, donc très médiatisé ; notons que les questions primordiales des compétences et des ressources n’ont toujours pas de réponse !

Immédiatement, l’alsacien Philippe Richert se positionne comme leader. Et Jean-Pierre Masseret, trahissant je ne sais quelle mentalité de colonisé, se met au garde à vous sans défendre la place de sa capitale régionale Metz.

Face au danger, certains plaident pour l’ajout de Champagne-Ardenne, comme Dominique Gros puis Marie-Jo Zimmermann. Laquelle s’abstient à l’Assemblée lors du vote sur la région à trois ALCA.

Les Alsaciens, eux, manifestent pour leur autonomie et Nadine Morano va défiler avec eux : « Je suis allée défendre la Lorraine à Strasbourg » : c’est réussi !

Patatras pour les calculateurs du mariage à trois, le gouvernement cède aux Alsaciens le chef-lieu de la région ALCA.

C’est alors que les apprentis Machiavel viennent quémander un lot de consolation : « Nous revendiquons que Metz soit le siège d’une assemblée régionale dont la capitale est à Strasbourg » écrivent D Gros et JL Bohl – François Grosdidier « Strasbourg n’est-elle pas siège du Parlement Européen alors que le siège de l’exécutif est à Bruxelles ? »


Quelle fascination surprenante pour les constructions lourdes, coûteuses, voulues par la caste dirigeante mais rejetées massivement par nos concitoyens ! Comme le référendum sur la collectivité unique Alsace, comme le référendum de 2005, comme aux dernières élections européennes, les citoyens ont dit et redit leur défiance envers les constructions artificielles, et leur besoin de proximité.

Et vous répondez par toujours plus d’intégration européenne, par des méga régions, et une marche forcée vers les grandes intercommunalités, que vous disiez M. le Maire être « un mouvement inéluctable ». Rappelez-vous que les maires de l’agglomération ont clairement marqué leur rejet de la politique autocentrée des grandes villes lorsqu’un tiers a voté contre votre Palais des Congrès.

Pour finir, nous aurions envie de partager la palme de l’autisme politique entre Patrick Weiten qui lui a carrément postulé pour une eurorégion transfrontalière expérimentale, et votre adjoint aux finances Jean-Michel Toulouze, qui propose des transferts de compétence à Metz-Métropole pour gagner de la DGF ? Au delà du pari hasardeux consistant à gager l’équilibre de nos finances sur celles d’un Etat surendetté, quelle capitulation pour nos communes ! Alors que les Français dans un sondage tour récent réaffirment que la commune est leur collectivité de cœur, et considèrent qu’il faut lui redonner du pouvoir au détriment de l’intercommunalité.

Quant à nous, élus messins du FN-RBM, nous sommes très à l’aise pour défendre la place de Metz et notre position n’a jamais varié : contre la course à la perte de souveraineté, pour le triptyque Etat – département – communes, gage de proximité et d’efficacité, assis sur une indispensable clarification des responsabilités et des ressources, et sur des mutualisations librement choisies.

C’est avec amertume que nous voyons Metz si mal défendue par l’UMPS devenir une bourgade périphérique, sous tutelle strasbourgeoise. A quoi sert-il d’avoir ici-même un maire du côté du pouvoir, et un ancien ministre qui s’offre le plaisir revanchard de bâcher le Président de la République lorsqu’il vient à Metz !

De son côté, l’UMP a fait monter les prétentions alsaciennes, avec comme résultat de renforcer le lobbying strasbourgeois. Bref PS et UMP ont l’un comme l’autre marqué un but contre son camp. Ça peut arriver à des très bons, et même aux Grenats, mais en politique, il faut assumer vos choix devant les Messins !

Françoise Grolet

Thierry Gourlot : délégations de service public (conseil municipal)
Françoise Grolet : débat d'orientation budgétaire 2015
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :