PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Communiqué de Françoise Grolet « Non au financement public de la Grande Mosquée de Metz »

 

P1340667Ce vendredi 11 octobre 2013, la Municipalité de Metz, avec l’UACM (Union des Associations Cultuelles et Culturelles des Musulmans de Metz) lance le projet de Grande Mosquée de Metz, qui se situera boulevard de la Défense à Metz-Borny.

La municipalité socialiste a déjà diffusé ses arguments en cercle restreint, preuve que ce projet ne fait pas l’unanimité. Elle accuse le Front national de brandir des épouvantails… mais quelle est la réalité ?

  • Une demande forte de la communauté musulmane ? (20% de la population messine selon un adjoint socialiste) C’est faux ! On sait le problème de représentativité officielle de l’Islam, plutôt régi par des considérations ethniques ; depuis son élection, Dominique Gros travaille à rassembler les différentes communautés. La municipalité dit avoir réuni 5 mosquées sur 7 ; la Grande mosquée va-t-elle se substituer aux mosquées existantes ou s’y ajouter ?
  • « Il n’y aura pas un euro d’argent public pour la Mosquée » hormis la valeur du terrain, a martelé le Conseiller général et adjoint socialiste J-M Toulouze en réunion. C’est un peu rapide, s’agissant de la mise à disposition d’un terrain municipal de 12 000 m2 situé sur le Technopole, viabilisé, avec parkings et desservi par le Mettis, au moyen d’un bail emphytéotique administratif (longue durée et loyer symbolique). Beaucoup d’entreprises se contenteraient d’une telle aide publique ! L’UACM est actuellement hébergée dans des locaux municipaux (inaugurés en présence des députés UMP Zimmermann et Jacquat). « Pas un euro » ? Cette promesse est donc déjà sujette à caution, et pour l’avenir, imagine-t’on la municipalité socialiste rejeter une demande de subvention de l’UACM pour des activités culturelles, des cours, du soutien aux commerces présents ?
  • « On a une garantie sur la transparence du financement » et « On fera vérifier à tout moment d’où vient l’argent » a ajouté l’adjoint au maire et conseiller général de Borny. Le financement par des puissances étrangères n’est pas un fantasme (50% du budget de la mosquée de Strasbourg vient du Maroc, d’Arabie Saoudite et du Koweit). Cet engagement est grave : d’où viendrait ce pouvoir de la municipalité de Metz, alors que même le gouvernement n’a pas su tracer les comptes en Suisse de J. Cahuzac ? De même pour les minarets qui seraient « totalement interdits » : il n’y a qu’à voir Farébersviller ou Besançon…
  • La municipalité minimise son geste en le comparant aux quelques églises construites depuis l’après-guerre sur des terrains municipaux. Ce qui a été fait en vertu de notre statut concordataire ne s’applique qu’aux cultes reconnus ; par ailleurs la loi de 1905 sur la laïcité n’a pas cours en Alsace-Moselle. Le maire de Metz instrumentalise pour sa grande Mosquée notre exception cultuelle, le droit local, qui fait partie intégrante de notre histoire et de notre patrimoine.


En réalité, le maire socialiste poursuit une double visée électoraliste :

  • l’instrumentalisation de la communauté musulmane, laquelle n’est pas dupe. L’immense majorité des citoyens musulmans sont bien intégrés et ne demandent aucun traitement spécifique. Ils ont le droit de pratiquer leur culte librement. Cette majorité silencieuse est opposée au communautarisme d’une minorité, encouragé par la municipalité socialiste. Le PS se crée une clientèle électorale pour remplacer l’électorat populaire dont il a perdu la confiance. C’est ainsi qu’entre les deux tours de l’élection cantonale de 2011, Dominique Gros en appelait à « Metz la métisse » dans son duel avec Françoise Grolet !
  • L’instrumentalisation de son opposition de droite, dont les contorsions seront intéressantes à observer lors du vote au Conseil municipal du 31 octobre. Ils sont tous favorables au projet du maire PS : les députés UMP Zimmermann et Jacquat qui ont participé à l’inauguration du local de l’UACM, le député européen N Griesbeck, tout comme les conseillers municipaux Thill, Colin-Oesterlé et Lebeau, qui se sont enfermés dans le piège tendu par le PS. Le PS se cherche de nouveaux électeurs et la vieille droite va perdre ceux qui lui restent…

Au delà de la droite et de la gauche, et des convictions religieuses de chacun, il y a d’abord notre héritage et notre identité à défendre, et une cohésion nationale à préserver en ces temps difficiles pour tous. Nous appelons tous les citoyens partageant cet objectif à rejoindre notre opposition au projet de la municipalité socialiste, le 31/10/13 à 17h, devant l’Hôtel de ville où se tiendra le Conseil municipal.

Françoise GROLET, conseiller régional de Lorraine, candidate à la Mairie de Metz en 2014, Thierry GOURLOT, président du groupe FN au Conseil régional, et l’équipe du Bon sens pour Metz 

 

Grande Mosquée de Metz Françoise GROLET réagit sur France 3
Le maire de Metz manipule les Messins d'origine étrangère
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
12 commentaires
  1. Je suis d’accord avec les commentaires, mais comme le gouvernement de gauche ou de droite ne fait rien pour protéger la France et les français contre les malfaiteurs, les incivilités, les non-respects et l’islamisation de notre pays, il faudrait que les français unissent leurs forces et leurs efforts !! Ce n’est pas en tournant le dos lors d’une agression ou d’un vol que le problème va s’arranger ! Nous ne pouvons plus compter sur les forces de l’ordre et le gouvernement.
    L’UNION FAIT LA FORCE !! et si les français auraient plus de courage civil, les malfaiteurs se calmeraient rapidement (à tous les niveaux. En plus, la peur des représailles n’existerait plus si tout le monde met la main à la pâte.

  2. Prenez ma maison,prenez ma voiture et mon argent Prenez mon pays mais vous n aurez jamais mon âme.france pays en perdition a cause de responsables politiques.je n ai plus la fierté du drapeau ni de ma nationalité. Allez tous en enfer.

  3. Il apparaît essentiel de mettre ce projet de Grande Mosquée à Metz au COEUR des municipales de 2014 en demandant aux électeurs messins d’en faire un REFERENDUM POPULAIRE « POUR » ou « CONTRE » la Mosquée.

    M. GROS n’a pas reçu mandat des citoyens de Metz pour construire une Grande Mosquée à Metz : c’est un abus de pouvoir, un déni des réalités et… un mensonge de plus (il en est coutumier : je n’augmenterai pas les impôts…).

    En mars 2014 votons parmi les listes qui se seront clairement exprimées CONTRE ce grand projet de Mosquée qui n’a de justification que une manipulation électoraliste dont la « Gauche » est passée « maître » depuis 1981 !

  4. Alain FINKIELKRAUT s’exprime dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couchés » le 26 octobre dernier :
    « En 1983, il y avait 900 lieux de culte musulman en France. Aujourd’hui, il y en a 2300.
    En Seine-Saint-Denis, i y a aujourd’hui 145 lieux de cultue musulman contre 117 lieux de culte catholique. Pour un pays islamophobe, la performance est intéressante.
    Pendant ce temps-là, dans tous les pays de l’arc arabo-musulman, les chrétiens sont contraints à fuir et les églises sont attaquées ou détruites ! »

  5. Présent au conseil municipal du 31 octobre, je n’ai jamais entendu un tel ramassis de  » conneries  » de la part des élus PS. Je me suis délecté à les écouter, mais très inquiet au fil des interventions qui témoignaient de beaucoup d’incompétence, de naïveté, de maladresse et surtout d’inculturation dans le domaine religieux. On a atteint le summum avec une affirmation du maire, voulant mettre fin au débat et faire voter l’attribution du terrain pour la grande mosquée. Selon lui, le concordat concerne uniquement la religion catholique, ce qui est totalement faux pour nos départements d’Alsace-Moselle. Le concordat bonapartiste évoqué par le maire n’a rien à voir avec le droit local alsacien-mosellan. Le maire doit être le seul à ignorer que les pasteurs et rabbins sont aussi rémunérés par l’Etat. Voulant s’improviser comme professeur d’histoire, il a raté l’épisode de la période postérieure à Bonaparte. Mais on ne s’est pas gêné pour faire des amalgames et assimiler l’islam au régime du droit local.
    Cela dit, beaucoup de références ont été faites au travail de Sarkozy sur l’islam, considéré ce soir comme le véritable mentor de l’intégration musulmane. Les élus ont mangé dans la main de l’ancien président. Ce soir, le PS n’a jamais été aussi proche de l’UMP.
    Nous n’avons rien appris sur l’unité des membres cette association créée pour cette occasion. Quelles communautés, quelles tendances, chiite ou sunnite ? Tous n’ont pas manqué de citer le conseil du culte musulman. Mais en terme de culte, l’islam, avec ses différentes sensibilités, serait comparable au culte protestant, tout au moins au niveau de sa constitution. Chaque église protestante (baptiste, évangéliste, etc.) fait partie d’une fédération, mais chacune a son lieu de culte propre (temple). Personne n’a jamais vu un temple servant au culte commun de toutes les branches du protestantisme. Mais les élus veulent une sorte de grande mosquée regroupant toutes les branches de l’islam. Un tel lieu de culte n’est envisageable que dans l’Église catholique, car toute la communauté est rassemblée autour de l’évêque et de ses collaborateurs prêtres et diacres. C’est ainsi que l’on peu parler d’église cathédrale. Le conseil municipal avait pourtant vue sur la cathédrale de Metz, mais le débat n’a pas été réhaussé.

    A un autre niveau, on s’inquiète de l’argent qui sort de France, mais on ne s’inquiète pas de l’argent qui y entre. Le maire n’a pas été convainquant quant à un éventuel contrôle sur l’origine de la manne pour la construction de l’édifice religieux.
    Enfin, quel prédicateur ? L’armée est le seul endroit où les représentants du culte musulman sont passés par la Sorbonne pour améliorer leur connaissance sur la langue française et les valeurs de la République. Ils sont également soumis, comme tous les aumôniers, à une enquête de sécurité. De tels moyens permettraient d’éviter certaines dérives comme on a pu l’entendre dans des prêches.

    Ce soir, beaucoup de questions sont restées sans réponse, dont celle qui intéresse les Messins sur la cession d’une parcelle de 12000 m2 à une association loin d’en avoir tous les critères. La première pierre sera bientôt posée, mais on peut croire que cette même pierre fera couler un autre édifice…

    • Je connais quelques Bosniaques de confession musulmane qui viennent de recevoir un courrier personnel leur demandant de donner de l’argent pour la construction de la grande mosquée. Le contenu ressemble plus à un ordre avec un caractère obligatoire en tant que bon musulman qu’une invitation au don en toute liberté. Ceux-ci ne sont pas du tout d’accord et boudent ce projet devenu réalité grâce à la coalition UMP-PS. Leur réaction confirment mes dires qu’on ne peut mélanger toutes les tendances, sensibilités et ethnies dans une même mosquée. Mes échanges avec des Albanais de confession musulmane lors de missions au Kosovo décrivaient également une soumission à un islam tel qu’il se présente chez nous. Bon nombre de musulmans ne partagent pas l’idéologie de Milli Görüs représenté largement dans ce regroupement d’associations et ne se reconnaissent pas dans la construction de cette pseudo mosquée communautaire.
      Sur quels fondements peut-on se baser pour parler de grande mosquée communautaire pour tous les musulmans de Metz ? Les politiques ont perdu le peu de latin qu’il leur restait…

  6. Ce qu’il convient de dire également, c’est que cette mosquée louée 15 € par an, sera administrée oar le mouvement islamiste turc « Milli Gôrüs » de l’ancien premier ministre turc Necbettin Erbakan, mouvement dont la doctrine est : « Ordre juste qui doit vaincre l’ordre sans valeur de l’occident » rien que ça !!! On est bien loin du soit disant islam de paix d’amour et de tolérance auquel on essaye de nous faire croire

  7. NON A LA MOSQUEE DE METZ.

  8. Entièrement d’accord avec vous Stéphanie !! Il va y avoir du changement !

  9. Ces élus UMP et centristes me dégoûtent encore plus que la gauche, ils se présentent comme des conservateurs pour capter nos voix, et ensuite ils vont toujours ds le sens du vent, par peur de louper le train de la modernité. Aucune conviction, aucun courage politique. Ils n’ont été réélus que par rejet de la gauche, mais ça va changer !!! Cf BRIGNOLES ce soir !

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :