PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Pierres numériques : le flou artistique du projet européen.

Intervention de Françoise Grolet au Conseil municipal du 28 avril 2016 sur le projet culturel « Pierres numériques » soutenu par les fonds européens.

Intervention :

Explication de vote :

Photo d'illustration © pourmetz.com

Photo d’illustration © pourmetz.com

Je note pour commencer qu’à notre quotidien local préféré, vous donnez plus d’infos qu’aux manants de votre opposition… Votre communication laisse à penser que Metz est l’initiateur du projet « Pierres Numériques« , en occultant totalement l’opérateur principal, qui est tout de même Moselle Arts Vivants.

Sur la dimension transfrontalière, cela commence mal avec l’allégation du Luxembourg « replié dans sa bulle » (sic, le Républicain Lorrain) : belle performance diplomatique ! On aimerait comprendre les raisons du Grand Duché, fervent européen pourtant, veulent ils privilégier la promotion de leur propre patrimoine ?

Ensuite, le concept est sensé valoriser le patrimoine de la Grande Région (pas le Grand Est ALCA, mais l’espace de coopération transfrontalière SaarLorLux, Rhénanie-Palatinat, Wallonie, Communauté germanique de Belgique). Mais les partenariats géographiques du projet manquent de cohérence géographique, le rapport ne cite pas les mêmes collectivités que l’annexe… Ce flou rejoint nos questionnements (avec Jean-Pierre Masseret !) sur l’utilité de cet empilement de structures de coopération transfrontalière : pourquoi le réseau Quattropole n’est il pas activé, lui qui nous coûte la bagatelle de 100 000 €/an, pour quel résultat tangible ?

Pourquoi ce projet n’est il pas inscrit dans la stratégie Allemagne de la Lorraine, votée à grand renfort de com’ à notre Conseil il y a quelques mois ? Nous croyons tous que Metz est wunderbar, mais au delà des belles déclarations de principe, quelle est au final la stratégie de notre ville ?

Les distorsions rapport/annexe donnent impression de précipitation. Certes le calendrier des programmes européens est très exigeant, une leçon de rigueur qui pourrait inspirer les collectivités françaises, une fois n’est pas coutume, je prends l’UE pour exemple… Mais seulement sur le respect des formes.

➤ Car nous pensons que faire miroiter les fonds européens est un leurre à plusieurs titres.
Metz étant un des opérateurs du projet apporte 40% des fonds. Il faut savoir que la procédure de montage des dossiers, très longue et complexe, va nous coûter cher en moyens humains pour la validation puis la justification après réalisation du projet, afin d’obtenir le solde des subventions européennes. Et là, l’Union européenne se transforme souvent en mauvais payeur pour les collectivités.

Par ailleurs, pour les 60% de fonds européens, j’ai parlé de leurre, car ce n’est pour les contribuables messins qu’un juste retour d’une partie des sommes que la France déverse à fonds perdus dans le tonneau de Bruxelles, dont elle est un contributeur net. Petit rappel, quand la France donne 22,6 milliards € à l’UE, elle en récupère seulement 14,4 milliards €, PAC comprise. Reste 8,4 milliards € à notre charge ! Il y aurait de quoi abonder beaucoup de projets de valorisation de notre remarquable patrimoine. Si l’Etat très généreux envers l’Union Européenne réglait simplement aux collectivités territoriales françaises ce qu’il leur doit, ce serait bien aussi !

Nous concevons tout à fait l’intérêt d’un projet en partenariat avec nos voisins.

Mais on a comme souvent avec les fonds européens l’impression d’un effet d’aubaine, où les collectivités, pour obtenir les subsides, se plient à des objectifs qu’elles n’auraient pas choisis, et qui ne répondent pas à leurs besoins. Perte de temps, perte d’argent, perte d’énergie !

➤ Sur le fond du projet Pierres numériques : nous sommes dans l’impossibilité de juger de l’intérêt du projet, faute d’éléments concrets.

Il semblerait qu’il s’agisse principalement de « mapping vidéo » de la place d’Armes et de la cathédrale : un spectacle utilisant la technique de projection de vidéos sur des volumes, en jouant avec leur relief. C’est un concept très intéressant pour Metz, beaucoup de villes attirent un public nombreux en mettant ainsi en valeur leurs vieilles pierres. Cela suppose que la technique s’efface derrière son support, et que les concepteurs aient l’humilité de ne pas se mettre en avant mais au service de l’identité de Metz, pour valoriser une thématique historique ou autre.

Les spectacles sur le patrimoine, l’image des territoires répondent à une demande croissante d’un public en quête d’identité et de retour aux racines, comme le prouve le Puy du Fou, 2ème parc à thème de France après Eurodisney et premier d’Europe à être distingué au niveau mondial.
Le concept de mapping vidéo est un projet ambitieux, qui pour être de qualité, suffirait à consommer à lui seul l’enveloppe des fonds propres de Metz (800 000 €) voire l’ensemble des fonds FEDER pour la ville s’il y a une réelle plus-value transfrontalière.

Au lieu de cela, la multiplicité et le flou du contenu annoncé fait craindre un saupoudrage de crédits

Ex : « mettre en réseau les artistes amateurs et professionnels de la Grande région » : mais à quoi sert l’Espace culturel de la Grande région, qui est sensé le faire déjà ?!

Comme souvent avec les programmes européens, il est probable que les fonds obtenus servent beaucoup trop à financer les frais de personnel des collectivités et de structures para-publiques. Rien que pour Metz, il y a déjà plusieurs opérateurs : Metz, Metz en Scène, TCRM Blida. Le coût pour Metz est connu : 2,2 millions €. Mais la ventilation du budget reste un mystère. Et pourtant j’imagine que vous avez bien fourni une ébauche de projet pour obtenir le feu vert des autorités de gestion des fonds européens, la région ? Y aura t’il un budget propre des structures dépendant de la Ville, si elles sont aussi opérateurs ? Les fonds européens sont une aubaine pour financer l’éparpillement de votre politique culturelle… S’il y a un objectif touristique, où est l’Office du Tourisme de Metz ? Pas plus cité que le CDT et le CRT !

Il est donc légitime de se demander à qui le projet va bénéficier ? Aux Messins, ou aux structures para-publiques ?

L’objectif de Metz doit être : valoriser son patrimoine. La candidature UNESCO nécessite des fonds pour promouvoir Metz à l’étranger. On aurait aimé des informations claires, de nature à nous rassurer sur les orientations stratégiques de la ville sur les différents aspects que j’ai évoqués. Vu l’importance des sommes engagées, nous n’avons pas les éléments de décision et attendrons pour soutenir le projet.


portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz
Conseiller régional Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine
Le développement économique au service des ambitions UMPS.
Attractivité : il faut valoriser le Folklore Lorrain
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :