PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Le gouffre de la politique des quartiers difficiles : quel résultat ?

Conseil municipal du 28 mars 2019 – Subventions politique de la Ville 2019 – Intervention de Françoise GROLET

Comme chaque année depuis 5 ans, le vote des subventions de Politique de la Ville, c’est à dire pour les cinq quartiers « difficiles », me donne l’occasion de faire un point de situation. « Le climat dans les quartiers prioritaires tend à se crisper » « Aggravation de la pauvreté des familles, repli identitaire, tensions entre les différentes ethnies » « Sentiment d’abandon des habitants des quartiers populaires » Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les acteurs de terrain qui tirent la sonnette d’alarme ! 

Alors, quelle est l’efficacité de cette politique qui mobilise des budgets énormes année après année (550 000 € de la Ville de Metz pour la 1e tranche 2019) ? 

« Sans ça, la ville ne fonctionnerait pas » dit la municipalité. Il est vrai que certains problèmes ne seront résolus qu’avec un changement de cap politique au niveau national. Il faut inverser les flux migratoires, car notre ville est submergée : ce n’est pas moi, ce sont les acteurs de terrain qui tirent la sonnette d’alarme !

Quand on ne peut plus assurer l’enseignement de la langue française à tous les arrivants, quand le repli identitaire et les tensions ethniques se répandent, quand la pauvreté s’aggrave, que devrait-on faire ? 

  • Ne plus laisser rentrer toute la misère du monde pour se concentrer sur le mieux-être de nos compatriotes.
  • Etre très vigilants sur la capacité d’adaptation à nos valeurs : les fillettes voilées dans des activités, les jeunes filles déscolarisées et inscrites au CNED pour ne pas fréquenter le collège mixte… J’ai demandé aux élus du Conseil municipal : « cela ne vous interpelle pas ? »
  • Cesser de cultiver le communautarisme, que ce soit religieux ou culturel : et là, les élus locaux que vous êtes ont une grande part de responsabilité, par le silence ou l’encouragement électoraliste !

Je le répète une année encore : il est temps de réaliser un bilan de l’efficacité de ces politiques. Nous encouragerons ainsi l’aide aux associations qui oeuvrent de façon neutre et transparente, qui ont pour objet le quotidien des familles messines, et l’intégration à la société française. Nous mettrons fin à la préférence étrangère. Des économies importantes pourront être faites, afin que l’argent public aille d’abord aux missions de service public.

Pour comprendre ce qui doit changer à Metz (extraits projets 2019)

  • Ateliers de français langue étrangère
    L’action est de plus en plus difficile au vu de la diversité des arrivants et du nombre en forte progression, personnes illettrées ou analphabètes.
  • Écrivains publics (87 000 €) Répondre au nombre grandissant de demandes administratives des migrants/étrangers de la ville de Metz. Objectif : une autonomie administrative pour remplir des formulaires récurrents (prestations familiales, renouvellement de regroupement familial) 18 nationalités recensées (maghrébins, africains, afghans…)  Metz est une des villes françaises qui accueille un grand nombre de migrants. Il en découle forcément un grand nombre de demandes de papier d’identité, d’obtention / renouvellement de titre de séjour, de regroupements familiaux etc. 
  • Accompagnement à la scolaritéNous proposons aux jeunes qui suivent les cours par le CNED un temps d’accueil afin de les aider dans leurs devoirs et pour leur offrir un cadre. Lutter contre l’absentéisme des enfants même à l’école primaire. Prise en charge de nombreuses élèves allophones
  • Séjours jeunes en groupes de 6 ou 7 adolescents, scolarisés et déscolarisés, de 11 à 17 ans. Séjours de rupture pour jeunes très difficiles. Constat : Permettre aux jeunes du quartier de s’éloigner du milieu. Cri de détresse, contact avec des mères, les belle-mères. L’oisiveté et les difficultés peuvent les amener à des pratiques leur permettant d’obtenir le confort recherché dans l’immédiat.  Les quartiers sont vécus comme des ghettos : Sablon Sud : Ce quartier a la particularité d’être enfermé et enfermant Vallières : fort isolement géographique. L’un des objectifs des séjours est de Casser les idées de ces jeunes quand à la place des filles dans le quartier Travailler sur la représentation de la femme, notamment au sein du foyer familial, et sur le rapport fille garçon. Agir sur les risques de repli identitaire.

Dans le même sens, l’action « Osons la course à pied  » permet de travailler sur la mixité hommes femmes via l’activité sportive – 7 jeunes : quatre garçons et trois filles de 16 à 18 ans (11 300 €)…

  • Stages de remobilisation vers l’emploi, chantiers d’insertion Sur le chantier de Metz Borny, environ 54 % du public sont d’origine étrangère –180 personnes  / 1 238 800 € – Metz pôle service : 214 bénéficiaires 3 113 659
  • Animations  : Diagnostic : Tendance au repli sur soi et au communautarisme culturel… Risque de repli identitaire…Problématiques liées à l’enfermement sur soi sur sa communauté, il existe des difficultés communautaire, des tensions entre différentes ethnies et pourtant, on propose le Festival « Migrations » ! Ou encore : Énergies urbaines, action « une France, des mondes » Nous sommes la France des mondes Valoriser les différences et les oppositions pour transformer cette diversité en richesse, asseoir leur identité de citoyen, avoir accès à telle et telle structure (musée de l’immigration institut du monde Arabe…) opportunité de rencontrer des jeunes d’autres territoires, Barbès Goutte d’or par exemple…. Ou aussi : Rencontres interculturelles, atelier autour de l’histoire de l’immigration…

On apprend enfin que « Les rapports entre les forces de l’ordre les jeunes sont régulièrement mis à mal par une méconnaissance réciproque ». C’est presque de la faute de la police si tout va mal !

La palme d’or du gouffre financier : les Conseils citoyens

  • Conseils citoyens des QPV (quartiers politique de la ville) de Metz animés par le COJEP : ils viennent doublonner les comités de quartier, qui existent dans tous les quartiers messins. Ces nouveaux conseils coûtent 71 600 € pour 5 quartiers, soit  14 320 € par quartier ! Il est très difficile d’y faire venir des habitants concernés et assidus. L’an dernier, 39 habitants ont participé (26 en 2017) =  l’action coûte 1 835 € par participant.


Place de la Comédie : orage sur le patrimoine messin
INVITATION Soirée-débat du Rassemblement National avec Jean MESSIHA
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :