PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

« Fonds européens » : c’est l’argent des Français qui revient aux Français

Programmation FEDER FSE Grand Est 2021 2027 – Intervention de Françoise GROLET en Séance plénière du 12 novembre 2020

VIDÉO à retrouver sur la chaîne du Groupe RN Grand Est

En 103 pages, ce document programme l’utilisation des fonds européens pour résoudre les problèmes de notre région. La Commission européenne écrit notre feuille de route. Et la Région doit se justifier sur la pertinence de ses propres objectifs pour obtenir les fonds FEDER FSE.

Bref, c’est l’argent des Français qui revient aux Français, après un coûteux détour dans les méandres des bureaux bruxellois, et au prix d’une soumission aux Politiques de Bruxelles.

1- Un principe contestable et inefficace 

A/ D’abord : quelle est la plus value et la légitimité de la Commission européenne, organisme supranational non élu, pour déterminer notre développement local ? Il ne s’agit pas ici des programmes INTERREG de coopération transfrontalière qui a tout son sens.

Quand le RN dit : c’est l’argent des Français, vous traduisez : « égoïsme national ». C’est tellement commode d’être dans le camp du bien ! Pourtant, la France finance l’UE : 27 milliards en 2021, cela équivaut à ce que les habitants du Grand Est donnent 2,2 milliards par an, soit 400€ par habitant. Les 780 M de FEDER FSE sur 7 ans, sont des miettes, le Plan de relance de l’UE (188 M€ pour le Grand Est) aussi !

B/ Contestable aussi, l’efficacité de ces fonds dont la Cour des Comptes européenne épingle régulièrement les effets d’aubaine et le manque de contrôle structurel. On n’a pas encore d’objectifs chiffrés ni indicateurs d’efficacité.

La lourdeur du système –  la gestion va coûter 24 millions € – vous la confirmez : « lourdeur des procédures, longueur des délais de contrôle, complexité des règles, concurrence avec d’autres aides »… A t’on besoin de passer par Bruxelles pour construire un crapauduc (ou batrachoduc) dans un village lorrain, l’exemple est réel !

C’est magique : demain, vous promettez de « favoriser le management de proximité » avec les 12 « Maisons de la région » que vous avez créées dans ce (TROP) Grand Est. Autrement dit, vous aussi, vous êtes en même temps le problème et la solution !

2- Pour changer de politique, changer les politiques 

Nous contestons déjà l’intérêt stratégique de faire dicter nos priorités par les technocrates de Bruxelles. Notre analyse est validée à 100% dans cette nouvelle programmation.


A/ On ne règlera pas les problèmes avec ceux qui les ont créés 

Le document fait le bilan incontestable des problématiques auxquelles VOUS n’avez pas apporté de réponses, et des décisions que VOUS avez différées

Se réfugier derrière la crise COVID cela révèle quoi ? Un échec d’anticipation.  Et l’argument est inopérant dans notre région 4 fois frontalière : nous sommes bien placés pour voir que nos voisins allemands, luxembourgeois et suisses résistent mieux : moins de morts, moins de dégâts économiques. 

Le Grand Est paye un très lourd tribut sanitaire et économique aux gouvernements incapables de gauche, droite et macronie. Et la Commission européenne, qui nous a tapé sur les doigts afin de tailler dans les budgets des hôpitaux, qui a infligé l’austérité aux Français, voudrait nous adresser des injonctions pour corriger ses erreurs, vos erreurs ?  

B/ De mauvaises réponses aux vraies questions.  Trois exemples :

  • L’EMPLOI : 500 000 chômeurs dans notre région, + 60 000 en un trimestre. Vous répondez avec l’objectif « Europe intelligente » le défi « territoires intelligents » « Grand Est intelligent »… ce qui donne juste aux gens l’impression d’être des imbéciles. 

Ce programme ne dit pas que notre région souffre du sacrifice de notre industrie : Alstom, le secteur automobile, dont les fonds européens financent les délocalisations vers l’Europe de l’Est. 

ll ne remet pas en cause le dogme du libre échange mondial qui importe le textile du Bangladesh au lieu de faire travailler nos usines des Vosges ou de l’Aube. 

Là où il faut mettre en place le patriotisme économique et protéger notre marché pour des échanges plus justes, vous plombez nos entreprises avec une fiscalité confiscatoire

  • L’ENVIRONNEMENT, sous le titre « objectif Urgence climatique » : s’il y a « urgence » c’est bien que vous avez bétonné les terres ! Comment avoir confiance en ceux (à Metz par exemple) qui pratiquent sans vergogne l’étalement urbain à côté des friches à résorber ? 

L’urgence, c’est de renverser votre politique de concentration des métropoles, qui crée dans la ruralité (je vous cite) « une spirale de décroissance démographique, de dépression économique, et de précarisation sociale » ! 

Vous annoncez des pics de chaleur dans la région à 55° en 2050. Pour rappel le record mondial aujourd’hui est de 56° dans le désert libyen ! Une annonce invérifiable qui permet d’afficher des objectifs inatteignables

Mais le document fait l’impasse sur la fermeture de Fessenheim, néfaste pour notre indépendance, nos emplois, et pour le climat puisqu’il a fallu en septembre rallumer 4 centrales à charbon dont celle de St Avold ! 

  • LES TERRITOIRES : nous vous demandons de retirer cette préférence pour les migrants, qui sont dits « public prioritaire » dans les politiques C1 Garantir l’accès aux soins et à la santé C4 Améliorer l’accès à l’emploi et C6 Formation tout au long de la vie

La priorité, notre priorité, c’est de remplacer les 30% de médecins généralistes qui partiront en retraite en 2021 en Meuse ou en Haute-Marne. 

La priorité, c’est, pour nos jeunes, de financer de vraies formations pour l’emploi : 1 sur 5 est au chômage, et 1 sur 4 des jeunes Vosgiens Ardennais ou Aubois. Pour nous, l’urgence est là !

Notre vote : le RN refuse les leçons de morale et choisit le pragmatisme du bon sens 

M. Rottner, qui êtes-vous pour me parler de « niveau zéro de la politique » ? Vous nous donnez des leçons de morale, alors que ça fait 40 ans que vous gouvernez ! 

Lorsque vous dites qu’il faudrait que les Français écoutent mes propos, chiche et les vôtres aussi ! Ils prouvent que vous ne les entendez pas dans votre tour d’ivoire. Nous disons tout haut ce qu’ils pensent, notamment sur l’UE (que nous ne confondons pas avec l’Europe). 

Evidemment, les collectivités locales françaises n’ont pas d’autre choix que d’aller chercher l’argent là où il est (à Bruxelles), puisque l’Etat français impécunieux (cad les gouvernements que vous soutenez) leur a coupé les vivres. Quand nous disons « c’est l’argent des Français » ce n’est pas de l’égoïsme, c’est le pragmatisme du bon sens.   

Pendant que les migrants sont vos publics prioritaires, nos communes asphyxiées par les gouvernements français doivent monter des dossiers européens pour financer leur développement et leurs projets.

C’est en pensant à elles que le groupe RN s’abstiendra sur ce vote, nous ne refuserons pas ces fonds afin que l’argent des Français revienne aux Français.  

Françoise GROLET, élue du groupe Rassemblement National à la Région Grand Est, Conseillère municipale de Metz

Spectacle de Saint Nicolas à Metz.
Fermeture du Printemps : sauver Metz la Commerçante, c’est possible avec une volonté politique
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :