PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Réunion de quartier à la Patrotte, le 26 mars 2014

Dernière réunion de quartier entre les deux tours. Après avoir fait une analyse du premier tour et parlé du quartier de la Patrotte, Françoise Grolet a répondu à de nombreuses questions. Celles-ci témoignaient bien des préoccupations des Messins et de leurs attentes que notre équipe n'a cessé de relever depuis maintenant une année. Ce fut l'occasion de tirer des conclusions sur le travail de terrain accompli durant des mois, mais aussi de se mobiliser encore plus dans ce quartier de la Patrotte pour les quelques jours restant avant le deuxième tour.

Ce quartier a connu une abstention très élevée et cela doit interpeller tous les Messins qui ne se sentent pas concernés ou boudent les politiques. Lorsque l'on n'est pas d'accord, ou que l'on n'est pas content, il faut le dire. Nous sommes tous égaux dans les isoloirs et dans le secret, on peut s'exprimer librement.

Voter FN ou RBM est devenu naturel. Beaucoup de personnes partagent maintenant nos opinions. Le vote FN n'est pas un vote de contestation, mais un vote d'adhésion, un vote d'espoir. Des gens vivent mal à cause de l'emploi, de leurs maigres revenus ou pensions, à cause de l'insécurité ou du manque d'éducation, dans une société qui craque de toute part

D'autres opposants tels l'UMP-UDI critiquent le maire sortant sur un certain nombre de projets, mais ils l'ont soutenu pendant six ans. Ils ne peuvent être les leaders de l'opposition. Seules notre équipe a été constante dans ses critiques, par exemple pour le Mettis, les commerces fermés. Il faut savoir que les investissements avec des emprunts inévitables pèseront sur les finances de Metz Métropole, car le transfert des dépenses sera inévitable (M-J Zimmermann annonce une augmentation des impôts de Metz Metropole). La pause fiscale est la chose la plus attendue par les Messins. Nous nous engageons à ne pas augmenter les impôts et à limiter les endettements. La dette est déjà trop élevée au niveau national et nous devons mesurer les investissements au niveau local, comme celui de construire un palais des congrès pour le prestige des élus. Faut-il investir 70 millions d'euros pour attirer le tourisme d'affaire ? On peut craindre des dépenses plus importantes, comme cela a été le cas pour le chantier du Mettis. Les retombées seront-elles annoncées, de 15 millions d'euros par an. Nous avons le mauvais exemple du centre Pompidou dont le nombre de visiteurs a chuté. Nous avons la chance de posséder déjà des infrastructures comme la FIM ou l'Arsenal et une grande capacité hôtelière. La candidate UMP-UDI demande un référendum. Le choix, c'est dimanche prochain lors du deuxième tour. Elle ne tient pas un langage clair et unique, parce que sur sa liste, certains sont pour, d'autres contre.

Le quartier de la Patrotte

Votre quartier est en souffrance. Il y a un problème de propreté. L'environnement doit être propre et respecté par tout le monde. Rien ne peut remplacer la présence physique des policiers municipaux ainsi que la vidéo-surveillance.

Des parents de l'école Michel Colucci nous ont communiqué leur inquiétude de voir arriver les enfants des demandeurs d'asile à Blida pour y être scolarisés. Cela est insupportable pour les parents, car il en va de la qualité de l'enseignement, déterminant pour la suite des études. 70 % des enfants ne parlent pas le français. Les enfants qui veulent réussir doivent-ils traîner cet handicap ? Il serait bon de résoudre les problèmes locaux avant de

vouloir apporter des solutions aux questions de niveau international.

Il est vrai que les demandeurs d'asile se concentrent à Metz. 80 % d'entre-eux viennent pour des motifs économiques, refoulés de nos pays voisins qui traitent les dossiers et les situations plus rapidement (en deux mois) que chez nous (18 mois minimum). Ceux-ci finissent soit dans la clandestinité, soit ils sont logés, voire régularisés. Cela dépasse le cadre des élections municipales, mais ce problème international devient pesant pour la ville de Metz. Parallèlement, les personnes âgées sont laissées pour compte. Elles ont travaillé dur et dès le plus jeune âge, elles ont défendu notre pays, mais elles finissent seules, abandonnées par la société. C'est l'injustice suprême, et la municipalité doit assurer un soutien. Sans rejeter les personnes qui arrivent à Metz, la solidarité doit d'abord aller vers les habitants de notre ville.

Les problèmes de sécurité sont ressentis mais niés par le maire sortant pour qui tout va bien. La sécurité n'est pas sous l'entière responsabilité de la municipalité. La police a vu ses effectifs en baisse (Sarkozy). Il faut soutenir la police municipale en lui donnant les moyens et le soutien nécessaires pour être présente dans tous les quartiers. La création d'une brigade canine reçoit l'approbation de tous les policiers municipaux. Cela permettra de diminuer les effectifs et d'assurer une présence tardive et dissuasive, jusqu'après la fermeture des établissements de nuit.

Nos priorités pour le deuxième tour. Une équipe qui demeurera à l'écoute des Messins. Nous rétablirons le bon sens en gérant la ville comme un bon père de famille, en lui redonnant sa vitalité et son dynamisme qu'elle a perdu, en attirant de nouveaux habitants. Nous accueillerons des entreprises sans encore investir lourdement, mais en créant un terreau favorable pour ceux qui veulent travailler et investir à Metz. Enfin, nous mettrons fin au stationnement payant. Les travaux du Mettis ont supprimé de nombreuses places, les parkings relais sont vides. Nous créerons des parkings centraux, comme dans la ZAC de l'amphithéâtre. C'est une nécessité absolue, car c'est ce que les commerçants nous ont dit attendre le plus lors de toutes nos visites depuis un an.

Des questions ont été posées ensuite.

Que ferez-vous contre la circulation de quads ou motos ?

Il faut une présence policière dissuasive et répressive dans les quartiers concernés. Quand à les poursuivre, c'est interdit. Nous avons prévu d’équiper la police municipale de motos (125 cm³), ce qui devrait permettre une plus grande action contre ces contrevenants.

Comment redonnerez-vous une image à notre quartier, pour qu'il devienne un quartier comme les autres ?

En 2011 j'étais candidate pour les cantonales et votre quartier m'a placée devant le maire sortant. Depuis 2011, des projets ont abouti et beaucoup apporté au quartier. D'autres n'ont rien résolu : le Mettis rend la circulation plus difficile ; l'agora est disproportionnée, avec des choix architecturaux. La démesure de ce projet est comparable à celle de la boite à musique à Borny. Qui viendra de l'extérieur lorsque les problèmes inhérents aux quartiers ne seront pas résolus, comme la sécurité ? Il faut d'abord répondre aux questions essentielles avant de penser ouvrir les quartiers aux personnes de l'extérieur.

Que ferez-vous des comités de quartier ?

Les comités sont de bons moyens pour restaurer la communication entre la population et la municipalité. Ils sont les porte-paroles de la municipalité. On ne les supprimera pas.

Le handicap à Metz : rien de prévu pour le transport en ville. On ne peut y accéder quand on est à mobilité réduite.

J'étais la seule candidate à participer récemment à une réunion organisée par l'association des paralysés de France. Le constat a été dressé sur l'inadaptation de la ville aux handicapés et même du Mettis. C'est le même problème avec les poussettes.

Les zonards et la mendicité agressive.

La ville est sinistre le soir. Plus les commerces ferment, moins il y a de lumière. La rue Serpenoise est exposée à la mendicité agressive. Quand on la quitte, on arrive sur la place de la République plongée dans l’obscurité, avec des zones d'ombre provoquées par les nouveaux éclairages. Rien de rassurant.

Une demande de précisions concernant les économies.

Nous ferons tout d'abord un état des lieux. Nous n'augmenterons pas l'endettement, ni les investissements ultérieurs, nous reverrons à la baisse le train de vie de la municipalité et le budget excessif de la communication. Metz est sur le podium des villes les mieux gérées, mais l'état des finances est du au maire précédent. Le stationnement gratuit, c'est 3 millions d'euros de recette par an ou 6 nuits blanches sur un mandat. Il faut faire des choix, par exemple que la ville ne soit plus le mécène d'artistes que l'on paie pour une nuit. Il y a d'autres formules concernant la culture qui peuvent satisfaire plus de monde, sans leur allouer un budget colossal.

Réunion de quartier à Bellecroix le 13 mars 2014.
Réunion de quartier Outre Seille 07 mars 2014
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :