PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Réunion de quartier à Bellecroix le 13 mars 2014.

Bellecroix, un quartier situé en partie sur les fortifications de Vauban, dont l’histoire marque encore les esprits des plus anciens. En 1950, la démolition des fortifications font place à la construction de barres d’habitation, classant le quartier dans la catégorie « zone urbaine sensible ». Aujourd’hui délaissé par la municipalité, ce quartier voit sa partie boisée partagée entre vestiges non visités et campements sauvages de demandeurs d’asile. L’inauguration de la nouvelle mairie de quartier, il y a à peine deux jours, marquerait-elle le début d’une prise en compte des attentes des habitants ? N’en soyons pas si sûrs ! Les membres de l’équipe « Pour Metz » sont allés cette semaine à la rencontre des commerçants et des riverains et les témoignages recueillis démontrent tout le contraire.

Françoise Grolet a dressé un constat après sa visite du quartier et les échanges avec les commerçants et les habitants. Elle a ensuite répondu à quelques questions.

Avant, les personnes vivaient en bonne intelligence à Bellecroix. Aujourd’hui, les habitants avouent que ce quartier n’est plus le leur, parce qu’il traîne une réputation de trafics de drogue et de campements de demandeurs d’asile. Laissé pour compte par l’équipe municipale actuelle, seul un vote peut rétablir ce quartier agréable.

Un quartier marqué par la présence de nombreux demandeurs d’asile.

Les demandeurs d’asile sont venus du Pontiffroy. A proximité de la préfecture, leur présence avait des effets négatifs. C’est donc sans aucun problème de conscience qu’on les a orientés rue de Stoxey, avec le déménagements des locaux de l’AIEM. Ce calvaire pour les riverains a duré plus de deux ans. Ils s’en sortent exaspérés, ayant été soumis à des problèmes de liberté de circulation par la présence de tentes sur les trottoirs et de bâches accrochées à la façade d’un immeuble. En juin 2012, les jeunes handicapés ont du quitter les lieux, car leurs fenêtres étaient calfeutrées par des bâches. Auparavant, ces demandeurs étaient installés dans le bois voisin.

Les demandeurs d’asile (pour des motifs économiques la plupart du temps) sont partis à Blida pour être relogés ensuite dans des appartements ou à l’hôtel. Ils viennent chez nous depuis les pays limitrophes, car ils sont sûrs d’obtenir ici ce qu’ils veulent. Les problèmes de Bellecroix sont maintenant spécifiques à ceux des autres quartiers, comme le quartier (hier tranquille) de Sainte Thérèse ou celui du Sablon.

La mort du commerce de proximité.

Quand on a parlé avec les habitants et les commerçants, leurs préoccupations ne sont pas celles évoquées dans un article du Républicain Lorrain faisant allusion à la crise économique. En fait, elles sont directement liées aux mauvaises décisions de la municipalité sans concertation. L’artère principale du quartier, le boulevard de l’Europe, a été complètement transformée, avec la création d’une piste cyclable, réduisant au minimum la largeur de la voirie et supprimant les places de parking existantes jusqu’alors. Cela a eu pour conséquence une baisse substantielle de la fréquentation des commerces de proximité et leur fermeture inévitable. Nous en arrivons même à des situations inattendues et surprenantes, comme celle d’une commerçante qui devra faire des ménages après sa retraite afin de s’en sortir avec sa maigre pension. C’est tout le travail d’une vie qui part en fumée, suite aux décisions arbitraires de la mairie qui n’hésite pas à renvoyer la balle chez les commerçants en leur disant que c’est à eux de s’adapter. Seul le commerce de luxe est le nouveau « dada » de la municipalité.

Face à ce comportement sans foi ni loi de la mairie, les commerçants du quartier ne veulent plus être taxés.

Le futur palais des congrès est la priorité dans les programmes des opposants. Notre équipe en campagne est là pour répondre à vos attentes. Aurons-nous un palais des congrès ou bien allons-nous revenir au bon sens ? Retrouver la sécurité, la propreté et la prospérité dans votre quartier, telles sont nos priorités. Nous devons aussi retrouver un train de vie en limitant les frais de communication ou de réception, les nouvelles constructions en favorisant la réhabilitation des emprises existantes, comme les friches.

Pour le problème de la propreté souligné dans ce quartier de Bellecroix, les équipes de police municipale pourront assurer des contrôles. Le stationnement payant sera compensé par une plus grande vitalité et la mission des 25 ASVP affectés à la surveillance du stationnement pourra être étendue à la surveillance de la propreté et dresser des procès verbaux lorsque cela sera nécessaire. La création d’une brigade canine libérera des policiers dans les patrouilles.

La droite n’a rien appris de sa perte du pouvoir. Trois mois avant les élections, un semblant d’union entre gens qui ne s’aiment pas et ne partagent pas les mêmes avis sur des grands projets a émergé après des marchandages sur les différentes listes, sans tenir compte des attentes des électeurs.

Notre équipe est unies, composées de personnes venant de gauche ou de droite. Je vous garantie que nous avons un très bon accueil partout.

Les Messins comme les Français se réveillent. Le bon sens est sur nos affiches !

Quelques questions :

A quoi sert une brigade canine ?

Elle est plus dissuasive et libère du personnel, alors que nous nous proposons une présence de la police municipale plus tard dans la nuit, mais pas 24h/24, et sans augmentation de personnel.

Pourquoi la police municipale est-elle équipée de 4X4 ?

Ces véhicules ont une armature plus solide et plus résistante que les véhicules de gamme commerciale. Ils sont plus adaptés à des patrouilles en secteur sensible, où des projectiles peuvent les atteindre.

Le stationnement, s’il devient gratuit, ne devrait-il pas être remplacé par des zones bleues pour éviter une saturation en ville ?

Le stationnement est devenu payant dans les quartiers pour des rentrées d’argent évidentes et pour réguler la circulation. Les travaux du Mettis ont supprimé des places de parking en ville, sur un total de 900 emplacements en moins. Un an de stationnement gratuit en ville correspond au financement de six nuits blanches. La construction de la ZAC de l’amphithéâtre est en panne. Nous proposons un grand parking gratuit sur cet emplacement pour se rendre en ville et au profit des usagers de la SNCF.

A Bellecroix, il y a des problèmes de stationnement avec des voitures ventousas.

La durée de stationnement est de 48 heures. Cela est du ressort de la police municipale.

Pour conclure, une précision d’un habitant, résumant bien le problème des commerces et le manque d’écoute du maire sortant : Le boulevard de l’Europe est anciennement la RN3 ou rue de Sarrebruck. Elle a été rétrocédée à la ville de Metz avec un crédit pour la réfection de l’enrobé et la reprise ponctuelle des trottoirs, et non pas pour tout casser.

CCAS de Metz : Qui tient des propos mensongers ?
Réunion de quartier à la Patrotte, le 26 mars 2014
Faites le Savoir Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Sondage Migrants

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :