PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Metz, une Métropole qui emprunte, taxe, et vit au dessus de NOS moyens

Intervention de Françoise Grolet lors du Conseil métropolitain du 20 février – Débat d’orientations budgétaires 2018 de Metz Métropole

LA MÉTROPOLE, un accélérateur de complexité 

Avec le transfert de compétences des communes à la métropole, nous entrons dans une période de grand flou budgétaire, puisqu’il devient impossible d’appréhender l’évolution budgétaire d’une année sur l’autre. Cf les calculs d’apothicaire que doit opérer la CLECT sur les factures réciproques entre les communes et la métropole. La métropolisation, un accélérateur de complexité, sur le plan financier mais aussi par l’éloignement du quotidien de nos concitoyens : après les poubelles, la voirie !

L’argument de l’amélioration des dotations est si peu convaincant qu’on en est arrivés à mutualiser 4 agents « chargés de la recherche de partenariats financiers publics ». Quel révélateur de l’échec de vos gouvernements successifs qui nous ont vendu la « décentralisation ». En réalité, l’Etat a décentralisé ses charges mais pas ses recettes, alourdi le millefeuille territorial sans jamais faire de choix, et au final nous devons dédier des agents à la recherche d’argent frais !

Pour 2018, je ne peux pas laisser passer l’annonce de 25 créations de postes supplémentaires « imposés par le passage en Métropole » et le « renforcement de l’ingénierie pour relever les défis de la Métropole » soit une ardoise de 374 000 € + 535 000 € : 909 000 € !
On a beau chercher dans les déclarations triomphales du début d’année, il n’a nullement été question d’alourdir les charges de personnel de presque 1 million € ! C’est pour moi le révélateur de la lourdeur du système qui se met en place, j’avais exprimé cette inquiétude, et vous commencez déjà à nous présenter la facture…
A propos de factures : on sait maintenant que la Ville de Metz ne paye pas les siennes, et en a 2000 en souffrance depuis l’été dernier, pour une ardoise de 300 000 € !  A côté de l’alibi classique « c’est la faute de l’informatique », je vous invite à relire les excuses invoquées par l’adjoint aux finances de Metz M Toulouze : « un problème de sous-effectifs » (je dénonce depuis le début à Metz la suppression de 130 emplois opérationnels) ET la mutualisation avec Metz Métropole qui a nui à la « fluidité des procédures ».
Quelle ironie d’entendre les éternels donneurs de leçon socialistes, qui mettent nos entreprises en difficulté, et se défaussent sur la Métropole… et ça n’est pas fini !

FISCALITÉ,  la double ou triple peine pour les contribuables 

L’évolution du budget souligne une augmentation de l’épargne nette. Indéniablement, les effets des efforts d’économies se font sentir. Mais plus encore, les effets des augmentations d’impôts successives.

On a entendu ici le 2nd Vice-Président M. Grosdidier dire qu’on n’avait « pas le choix d’augmenter les impôts, même si nos concitoyens en ont ras le bol, sinon c’est la baisse des services publics ou l’augmentation des tarifs ».

Pourtant, nos concitoyens bien subi la double ou triple peine, puisque :

  1. Les tarifs ont augmenté (comme le prix des transports, encore certains tarifs l’été dernier),
  2. Les services publics ne sont pas si bien rendus (demandez dans beaucoup de quartiers de Metz s’ils sont satisfaits du ramassage des ordures – demandez aux agents des TAMM comment ils ont vécu la pression sur les cadences)
  3. Et bien sûr, le fardeau fiscal s’est alourdi : sur les ménages + 6 millions  en 2016 (+ 10% Taxe d’Habitation, + 91% Taxe Foncier Bâti) et sur les entreprises + 700 000 € en 2017 (+ 0,61 points CFE) + 0,5 points de TASCOM , + la hausse du versement transport… au total, 16 millions d’impôts en plus ces dernières années !
Je n’oublie pas l’augmentation de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) en 2017, après les + 11% de 2015… Voilà qui relativise l’annonce pour 2018 d’une baisse de 0,33 points. C’est la moindre des choses vu la dégradation du service rendu aux habitants : des points de collecte regroupés, des tournées moins fréquentes, donc des conteneurs qui débordent au quotidien. Il est urgent de se ressaisir : je demande au nouveau « conseiller délégué à la conteneurisation à Metz » M Lecoq qu’on augmente la fréquence des ramassages et les points de collecte enterrés.

Pour 2018, rien de bon à attendre :

  • la nouvelle taxe inondation GEMAPI, 1,143 millions € de + pour les foyers et entreprises 
  • la revalorisation de 1,1% des bases par la loi de finances =>  la ponction fiscale s’alourdit pour les foyers : + 1,3 million € (40 113 000 € à 41 452 000 €), celle des entreprises s’alourdit de + 856 000 € (40 136 000 à 41 001 000 €), elles vont aussi payer 400 000 € de + en versement transport (44,4 millions €) et  la TASCOM augmente  encore de 0,5 points. De droite comme de gauche, ce sont les mêmes serial-taxeurs !

Une nouvelle envolée de la DETTE

J’arrive à la page – je trouve la périphrase jolie – du « besoin de financement »autrement dit, de l’emprunt. Finalement, c’est révélateur d’une propension à vouloir vivre au dessus de ses moyens, quitte à adapter toujours les recettes aux dépenses et non l’inverse, comme dans la vraie vie ! Après avoir emprunté pour l’envolée financière du Mettis, pour le Palais des Congrès, le rapport se réjouit d’une dette « en quasi stabilité », mais cela correspond à l’achèvement opérationnel de projets, à l’aggravation des impôts.

Pour 2018, voilà que vous ouvrez un nouveau cycle d’endettement : + 25 millions € sur les 33 millions que va coûter le Palais de la Métropole. Nous voilà endettés pour 30 ans de plus ! Je pose la question : dans 30 ans, dans quel état sera ce soi-disant « investissement de bon père de famille » ? Sur le plan architectural, environnemental, etc ?

Peut on vraiment se permettre cette rechute,  alors qu’on retrouve la même intox que l’an dernier dans le rapport : « la dette par habitant s’élève à 313 € contre 365 € pour les autres communautés d’agglomération ».

  • Abracadabra, tournez la page, ajoutez la dette des budgets annexes transport + archéologie préventive.  71 millions € + 112 millions € + 3 millions € = 187 millions € : l’endettement double ou triple à 831 € par habitant !
  • Et j’ai comme l’impression qu’au DOB 2019 on ne trouvera plus la phrase magique sur le faible endettement par habitant, car si on ajoute le nouveau siège, les 25 millions d’emprunt 2018, on passe de 313 € à 412 € par habitant !

Extraits des DOB 2017 et 2018 : il manque juste la dette Mettis… Et l’an prochain avec le nouveau siège, Metz Métropole explose la dette !

En conclusion, nous souhaitons pour notre collectivité un retour au bon sens.

Nous restons persuadés que la fuite en avant n’est pas une solution durable. Il est indispensable de recentrer notre action sur l’essentiel, en bannissant les opérations gadget, sans suite ou sans suivi, ou hors compétence, j’en vois passer à chaque commission des finances.

Une orientation déterminante serait de renoncer à l’achat du nouveau siège hors de prix, à un vendeur préempté, et dans une zone surévaluée. Je rappelle notre proposition DURABLE de réinvestir un bâtiment du patrimoine messin, quel signe de confiance en notre potentiel !

 

portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN/RBM au Conseil municipal de Metz
Conseillère de Metz Métropole
Élue régionale du Grand Est – Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine

Vice-présidence de la Métropole : Un élu de proximité gagne face au protégé du maire de Metz
La Ville de Metz ne paye pas ses factures : les artisans demandent justice
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :