PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Intervention de Françoise Grolet à propos des contrats d’apprentissage à la région Lorraine

Conseil régional de Lorraine, le 05 novembre 2015
Politiques régionales / Apprentissage / Signature de conventions avec 3 branches professionnelles.


Ces trois conventions suivent la réforme législative de mars 2014, qui bouleverse tout le champ de l’apprentissage, lequel était en crise.
Mais la fameuse réforme du collège par Najat VallaudBelkacem nous a appris que lorsque les socialistes découvrent qu’il y a un problème quelque part, la solution qu’ils apportent est pire que le mal.

Je m’explique : l’apprentissage et ses effectifs ont connu une crise historique ces dernières années. Qui n’a pas été sollicité par un jeune cherchant désespérément un maître d’apprentissage ?

Avant 2014, les petits patrons étaient déjà réticents à embaucher, en raison du manque de savoirs fondamentaux des jeunes qu’ils prennent en charge, souvent orientés par défaut donc arrivant avec un sentiment d’échec, après avoir subi le collège unique jusqu’à 16 ans. En Lorraine, 2000 d’entre eux décrochent chaque année. Les employeurs sont aussi échaudés par l’instabilité chronique des dispositifs (baisse des primes régionales, baisse des crédits d’impôts par l’Etat : merci la réforme), et enfin ils sont découragés par la paperasse administrative et les contraintes réglementaires pour embaucher un mineur.

La crise économique a fait le reste , dans les secteurs traditionnellement pourvoyeurs de contrats d’apprentissage : aujourd’hui, une PME du BTP aura plus intérêt à faire du chiffre d’affaire en allant chercher des travailleurs étrangers détachés, qu’à donner leur chance et à transmettre le savoir aux jeunes apprentis lorrains !
La Lorraine a connu une forte baisse des effectifs en deux rentrées (de 2013 à 2014 : -3% / et en 2015, on atteint -7%)

Je dois dire que la lecture de ces premières conventions partenariales me laisse songeuse… quand je reviens au début du mandat : le PRDF* s’achevait, en 2010 la loi confiait à la région l’élaboration du CPRDFP* au sein d’un CCREFP* (vive le jargon techno !) Lequel comité réunissait déjà tous les acteurs de la formation, la Région, l’Etat, les représentants du patronat et des syndicats… Avec pour but de déterminer les objectifs par filière sur la base des bassins d’emploi, et également programmer les actions à moyen terme. La chute des effectifs a suivi.
Avec la loi de 2014, quoi de neuf ? Elle instaure un CREFOP*, chargé de préparer un CPRDOFP* 2016-2020 qui aboutira aux mêmes dispositifs ! Qu’est ce qui n’a donc pas été avant ? Comment est il possible qu’en 2015 il faille encore consulter, faire un état des lieux et des propositions, et encore écrire un Livre blanc qui recommande (c’est ce à quoi aboutit ce rapport) d’intégrer les spécificités des branches professionnelles ! Qu’y a t’il dans ces conventions qui n’ait pas été déjà dit et fait ? Et on n’a pas encore voté les conventions quinquennales des CFA !

Je reviens en 2010, j’entends encore le flot de brillantes formules et d’engagements accumulés, et je me souviens aussi d’avoir entendu, dans un groupe de travail, un personnel de direction de l’Education nationale dire sur l’apprentissage : « les besoins des entreprises, ce n’est pas notre problème. Nous voulons seulement plus d’élèves ».

N’y a t’il donc pas un problème d’état d’esprit, ou même d’idéologie anti-apprentissage et anti-entrepreneur, à corriger pour redonner vigueur à cette voie royale vers l’emploi ?

Monsieur le Président, avec un style inimitable qui vous faisait promettre de « réenchanter la citoyenneté », vous vous étiez donné dans le budget 2015 pour objectif, je cite : de « Faire vivre un nouveau contrat social avec les jeunes lorrains pour leur permettre de réussir leur parcours d’accès à la qualification initiale ». Notez que ce parcours du combattant n’ambitionne pas de les faire accéder à l’emploi mais à la qualification initiale ! Au moins on peut dire que vous n’avez pas peur des mots ! (Réenchanter la citoyenneté)

La Lorraine se caractérise par une forte fréquentation des lycées professionnels et techniques. Il y a donc un terrain favorable à l’apprentissage, mais il faut prendre garde au fait que les diplômés occupent une part croissante des apprentis, bonne chose en soi mais on est loin de la vocation sociale initiale de l’apprentissage pour les jeunes sans qualification. (NB : Au budget 2015, 24 ouvertures de CFA dont 17 de niveau supérieur) Nous sommes la 2e région française pour les métiers d’art, nous sommes LA région transfrontalière, encore des atouts à faire valoir.

Pendant ce temps, le nombre de Lorrains de -26 ans inscrits à Pôle emploi ne cesse d’augmenter, + 45% de 2007 à 2012.

Pendant ce temps, il n’y a en France que 420 000 apprentis, contre 1,2 M chez nos voisins allemands. Echec collectif tellement éloigné des vraies-fausses annonces tonitruantes de N Sarkozy pendant son mandat, qui promettait d’atteindre 800 000 contrats d’apprentissage !
Je rappellerai que l’un des contractants, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, représente 170 000 emplois en Lorraine, 2e secteur d’emploi. Qui doit notamment former ses repreneurs. Est-ce vraiment de « labels qualité » et de « médiateurs de l’apprentissage » que les artisans et petits patrons ont besoin ?
Dans un sondage sur les élections régionales, pour les sondés, la priorité est : le développement économique, suivi de l’amélioration du cadre de vie, suivi par la formation professionnelle et l’apprentissage.
Quant au critère de choix déterminant pour les électeurs d’ACAL, c’était à 41% la situation économique et sociale de la France. Voilà qui n’est pas à l’avantage des socialistes !

Ne nous payons plus de mots, il est temps d’agir sur les priorités régionales choisies, c’est la position du FN, en laissant une large part à l’initiative des entrepreneurs qui en matière d’apprentissage comme de formation professionnelle, devraient être responsabilisés, de même que les branches professionnelles chargées de leur formation professionnelle. C’est donc une chose positive que de contractualiser avec les partenaires professionnels, mais laissez les donc agir !

* PRDF : Plan Régional de Développement des Formations
* CPRDFP : Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles
* CCREFP : Comités de Coordination Régionaux de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
* CREFOP : Comité Régional de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle
* CPRDOFP : Contrat de Plan Régional de Développement de l’Orientation et des Formations Professionnelles

Metz : une politique de cigale fort dépourvue quand la bise fut venue
Plan de Lutte contre les Discriminations à Metz... à revoir.
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :