PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Célébration de la fête nationale algérienne à Metz : un intolérable faux pas

timbre19mars-2-24bbfVendredi 18 novembre 2011, dans la salle de l’Orangerie à Metz, le Consul d’Algérie a célébré avec une centaine d’invités le 57e anniversaire de la révolution du 1° novembre 1954.

Communiqué du 22/11/2011

Premier  novembre 1954 en Algérie : le jeune instituteur Guy Monnerot, tout juste nommé dans un village des Aurès, est froidement assassiné dans un autobus, sa femme laissée pour morte. Trente attentats ensanglantent le territoire, et à 18h, un communiqué du FLN sur la radio du Caire proclame : « L’Algérie a engagé aujourd’hui une lutte grandiose pour la liberté et l’Islam ».

57 ans plus tard, vient de paraître un livre choc : « Un silence d’Etat » de l’historien Jean-Jacques JORDI, chargé officiellement de dépouiller les archives confidentielles de la guerre d’Algérie. Des vérités occultées explosent à la figure du lecteur, comme ces 40 personnes séquestrées pour servir de donneur de sang aux combattants du FLN, dont des cadavres sont retrouvés exsangues le 21 avril 1962 à Oran, ou les multiples Européennes séquestrées dans les bordels du FLN surtout après le « cessez le feu » du 19 mars 1962. Ces crimes connus, cautionnés, voire organisés par le pouvoir algérien et l’Etat français, font voler en éclats le manichéisme mémoriel ambiant. « Jamais je n’aurais imaginé découvrir de tels faits» a reconnu Jean-Jacques JORDI.

La fête nationale algérienne commémore pour la France un effroyable désastre politique et humain. Sa célébration dans notre pays est inacceptable, dans le cadre prestigieux de l’Arsenal de Metz, en présence d’invités officiels au premier rang desquels le député UMP de Metz, Marie-Jo Zimmerman.

En 2012 sera commémoré le 50° anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie. En mémoire du martyre des Harkis abandonnés par la France, et traités de « collaborateurs » par le président algérien BOUTEFLIKA, en souvenir du calvaire des pieds-noirs chassés de leur terre natale, et au nom des milliers d’Européens enlevés après le 19 mars 1962 dont 4.000 n’ont jamais été retrouvés, la cérémonie provocatrice de Metz ne doit pas se reproduire. L’avenir ne peut se construire que sur la vérité : Marine Le Pen souligne dans son projet présidentiel cette nécessité, préalable au retour de saines relations avec notre voisin l’Algérie.

Françoise GROLET

Nouvel hôpital de Metz-Mercy : les socialistes se moquent du peuple français !
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :