PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Armement pour la Police municipale de Metz : enfin !

Le rassemblement du 7 janvier, la marche du 11 janvier avec 45 000 personnes dans les rues de Metz sont un bel élan populaire de citoyens qui ressentent le besoin de se rassembler, pour dire leur refus du terrorisme et rendre hommage aux victimes, à toutes les victimes.

Maintenant, la question n’est plus « Être ou ne pas être Charlie » ?

Je dois prévenir : on n’ira aucunement vers l’apaisement et la résolution des problèmes si d’une part on exalte la provocation, tout en exonérant d’autre part certains comportements à coup d’excuses absolutoires. Au contraire, on aggravera le communautarisme, on renforcera la dés-intégration.
J’ai parlé d’exalter la provocation, car les musulmans n’ont pas besoin d’être islamistes pour avoir le droit de détester des caricatures offensantes pour leur foi. Et on a très peu parlé des victimes des troubles en Afrique, après la nouvelle Une de Charlie Hebdo. Une dizaine de chrétiens tués, 45 églises incendiées rien qu’au Niger. Des drapeaux et bâtiments français incendiés dans toute l’Afrique. Qu’en pensent les défenseurs du droit au blasphème qui se sont exprimés en Moselle juste après le 7 janvier (François Grosdidier UMP comme Aurélie Filippetti PS demandent l’abrogation du délit de blasphème en Alsace-Moselle).
Y aurait-il un droit à l’insulte ? La Déclaration des Droits de l’Homme dit le contraire : « la liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». Elle s’arrête là où commence celle des autres.
N’entrons pas, surtout pas, dans la stratégie des terroristes : créer un état de choc dans la société française, pour imposer une fracture irrémédiable. Le respect mutuel est indispensable ! Comme est indispensable l’intégration -visible- dans la collectivité où on a accepté de vivre.

Il s’agit maintenant de mettre un nom sur les faits. N’est ce pas Manuel Valls, qui réclamait dans son fameux discours à l’Assemblée nationale « la plus grande fermeté, la plus grande intransigeance face aux comportements consistant, au nom de l’Islam, à imposer une chape de plomb sur les quartiers, à faire régner leur ordre sur fond de trafic et de radicalisme religieux ».
Quel constat !!!
Ce que le chroniqueur du Républicain Lorrain traduisait par : « L’heure n’est plus aux analyses psychosociologiques du malaise des banlieues ».

Les Français, je l’ai entendu dès le 7 janvier, souhaitent avant tout de l’ordre. C’est pourquoi nous avons exprimé immédiatement la demande, au niveau de nos compétences municipales, de l’armement de la Police municipale, parmi tant d’autres que nous pouvons formuler.

En effet quels FAITS peut-on constater à Metz ?
3 détenus de Metz-Queuleu font de l’apologie du terrorisme. Ils ont été l’objet de sanctions disciplinaires…
La Moselle est un des 6 foyers de radicalisation les plus actifs en France. 100 individus sont surveillés par la Police.
Les incidents dans les écoles ayant perturbé la minute de silence du deuil national : 10 signalements sont remontés jusqu’au Recteur de l’Académie de Nancy-Metz… alors que c’est au minimum le nombre de cas à Metz !
Un policier étranglé au Commissariat en décembre, par un gardé à vue au cri d’Allahu Akbar. Ce « déséquilibré » a été envoyé à l’hôpital de Jury.
Les terroristes ont un point commun, c’est d’avoir débuté leur carrière comme braqueurs. Souvenons nous des 3 braquages récents de commerçants messins. Si nos policiers municipaux s’étaient trouvés face aux braqueurs sortant du bureau de tabac de la Grange au Bois, sans armement pour se défendre et dissuader l’escalade de violence, ils auraient été des cibles évidentes, comme le sont aujourd’hui tous les professionnels, médecins et pompiers y compris.

En demandant d’armer la police municipale, le groupe Rassemblement Bleu marine pour Metz témoigne donc de son sens des responsabilités.
Nous sommes très satisfaits que le Maire ait répondu positivement à l’attente des syndicats et personnels de police.

Françoise Grolet

Passages, un festival pour vieux babas et jeunes bobos à 1 million €
Le vélo à Metz n'apporte pas toutes les satisfactions que l'on avait pu rêver.
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
6 commentaires
  1. Mais arretez quoi c est des vrai faineant il ne font rien de la journee mettent des pv aux honnetes gens et en plus sont payes avec nos impots sa suffit les conneries reveillez vous messins

  2. J’effectue des seances de sport le soir rue du patural BARBET dans le gymnase jusqu’à 22h00 et bien un attroupement de jeunes nous violente verbalement dès que quelqu’un sort du gymnase de plus il font du trafic de produit stupefiant .
    Pourriez vous intervenir afin que ces agissements cesse rapidement .

  3. Bravo pour votre travail à la mairie de Metz, l’utilisation de la vidéo surveillance doit absolument devenir votre cheval de bataille tant au niveau de la ville que du département et surtout de la région car avec les attentats des dernières semaines sur le sol national, les conditions de securité doivent etre mise en place par l’Etat .

  4. On peut craindre que ce soit encore une promesse à la socialiste, d’armer la police municipale.
    Comme les promesses de Hollande…
    Combien d’armes, combien de moyens pour la formation ? et ensuite pour s’exercer ? On sait que le maire serre les boulons de tous le côtés pour les dépenses, et l’insécurité il s’en fout ! au delà du renouvellement de son poste bien sûr, on n’est pas dupes !

  5. Je peux témoigner que depuis des années à Metz, les consignes données aux policiers sont de ne pas « faire peur » (à qui on se demande !) de ne pas « provoquer » (qui est ce qui provoque ???) et donc de ne pas montrer leur équipement, ne pas faire de vague.
    Régulièrement on les voit dans le quartier pour une opération éclair, bien visible, et puis ils disparaissent et les problèmes reprennent : dealers dans les entrées d’immeuble, dégradations des biens publics…
    Maintenant ils vont être armés, j’espère bien que ça fait partie d’un changement d’état d’esprit de la municipalité qui nous dirige ! j’espère!

  6. quoi? attention aux dérives,déjà que les contrôleurs des bus Mettis se prennent pour des cow-boy, j’imagine !

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :