PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Propos visionnaire sur le gâchis politique actuel à Metz

Extrait de « Metz d’un petit garçon » de Jean Grosdidier de Matons (Editions Serpenoise, 1989).

Il est stupéfiant de constater combien les élus locaux  ont mal fait profiter Metz des visions clairvoyantes de l’oncle de François Grosdidier de Matons, sénateur-maire de Woippy,  et 2ème vice-président de Metz Métropole, délégué… au Logement et à l’Habitat communautaire.

p1020293

La rue Marchant n’était plus aristocratique que par le nom de ses hôtels. Une législation absurde sur les loyers causait la décrépitude des immeubles, qui serait le prétexte futur à leur destruction. Bientôt, les propriétaires renonceraient ; il n’y aurait plus de travaux, donc plus d’artisans ni d’entreprises. Les bourgeois abandonneraient le quartier : plus de revenus supplémentaires pour les petites gens, distribués par plus riches qu’eux, à l’aisance desquels ils étaient associés. Plus de repassages de fin, de ménages à faire, de dîners à servir, de tapis à nettoyer, de meubles à déplacer. Les commerces fermeraient. Les émigrés pauvres feraient tache d’huile, arriveraient avec d’autres mœurs, d’autres cultes, d’autres femmes. Le chômage, bien sûr, se développerait, puisqu’en s’attaquant aux bases sociales, on aurait arasé la structure économique.

Une fois tout un système détruit, les politiciens se donneraient les gants de se pencher sur « un problème humain urgent et angoissant ». Il y aurait un comité Cosinus ou Fenouillard ; il produirait un rapport, rédigé par un futur haut-fonctionnaire, que cela mettrait en valeur, et à qui cela vaudrait une bonne note de stage. Les responsables du gâchis se feraient réélire sur un programme d’urbanisme « moderne et dynamique, pour un meilleur devenir de notre cité ». On voterait des lois compliquées et inopérantes. On coulerait du béton bien criminogène. Un promoteur malin, ou l’architecte bétonneur, soucieux de vivre dans la pierre et sous des plafonds de douze pieds, récupérerait un hôtel pour en faire sa résidence, une fois assuré le relogement à bonne distance de la peu décorative population d’origine, elle-même allégée de quelques vieillards dont le système cardiaque n’aurait pas résisté au choc. On gagnerait donc sur tous les tableaux.

Enfin et surtout, parce qu’au fond cela avait toujours été le but de l’affaire, et pourquoi on avait détruit les solidarités existantes, on encadrerait ce qui resterait de la population, bien traumatisée, dans un service public du logement, avec ses coûts, son clientélisme, sa bureaucratie, sa paperasse, et sa transformation des citoyens libres en ilotes irresponsables, quémandeurs, mauvais payeurs et assistés.

 

 

Bourse envie d'agir distribuée au service de l'idéologie socialiste ?
Monsieur le Président de Metz-Métropole, « how much » pour la nouvelle marque ?
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :