PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Crise migratoire européenne : vos élus FN disent la vérité

Françoise Grolet et Jordan Grosse-Cruciani siègent au Conseil Parlementaire Interrégional (CPI) de la Grande Région 17/06/16

Françoise Grolet et Jordan Grosse-Cruciani siègent au Conseil Parlementaire Interrégional (CPI) de la Grande Région 17/06/16

Avec les dernières élections régionales, le Front National est entré au CPI, Parlement transfrontalier de la Grande Région, composé d’élus français, allemands, belges, et luxembourgeois. Voici une voix nouvelle dans cette instance très feutrée, formulant des « recommandations » aux exécutifs sur les sujets touchant au quotidien des territoires frontaliers.

Au programme de la Plénière du 17 juin à Eupen (BE) : le problème des réfugiés.

Première constatation, la volonté de gommer les mots décrivant la réalité : ainsi, « crise migratoire » (Plénière du 4/12/15) a été reformulé dans le document final en « situation migratoire ». De même, la question de la sécurité des habitants face aux attaques terroristes, évoquée par Roland Theis (CDU Sarre) embarrassait fort le président du Parlement de Wallonie et du CPI, André Antoine (cdH), pour ses « relents sécuritaires », conforté par A.Bodry (LSAP Luxembourg) : « il y a déjà beaucoup d’amalgames dans la population » ! Une élue allemande Isolde Ries (SPD Sarre) proposant même, devant la pénurie de logements à Sarrebruck, de loger les migrants côté français puisque « nous n’avons pas de frontières »

Déclaration d'I.Ries, Vice-présidente de la Sarre, au CPI, 4/12/15.

Déclaration d’I.Ries, Vice-présidente de la Sarre, au CPI, 4/12/15.

Le consensus aurait dû être retrouvé le 17 juin pour voter la recommandation : « La situation migratoire dans la Grande Région », mais c’était sans compter sur la présence des conseillers régionaux FN Françoise Grolet et Jordan Grosse-Cruciani.

« Nous n’avons pu visiter avec vous les centres d’accueil de réfugiés, mais la situation, nous la connaissons depuis 5 ans que les demandeurs d’asile affluent en Lorraine. A Metz, elle se résume en campements sauvages reconstitués chaque année après que les migrants aient été relogés dans les communes. Les autorités débordées tolèrent une insalubrité indigne, une promiscuité entre réels demandeurs d’asile et clandestins, des violences interethniques régulières… Force est de constater l’échec des dispositifs légaux : les déboutés du droit d’asile ne sont presque jamais expulsés, et le premier pays d’accueil les laisse partir vers le pays voisin en violation des règles européennes.

L’avenir est plus sombre encore que vos chiffres (minorés à 1/2 million en Allemagne : c’est plus du double). L’agence Eurostat dénombre parmi les migrants 72% d’hommes (jeunes pour la plupart) ; vous en appelez au regroupement familial, le flux de migrants va donc être multiplié par 4 ou 5, et ce en pleine crise démographique européenne !

« L’Europe peine à trouver des solutions efficaces et solidaires » dit la Recommandation : quel euphémisme… Pendant que l’an dernier, Schengen était suspendu et les frontières intérieures rétablies, la chancelière Merkel allait négocier seule à Ankara l’accord un contre un, mettant l’Union européenne devant le fait accompli !

Je m’insurge contre votre présomption de xénophobie dans la population : il est facile de culpabiliser les citoyens, après les avoir abandonnés dans des situations difficiles que peu de politiques connaissent au quotidien.

Enfin, comment accepter votre promesse hasardeuse de voir la crise migratoire stimuler le PIB européen de 0,2% ? Même le patronat allemand en revient : 80% des migrants ne seront pas au niveau professionnel avant 5 ans. L’afflux de réfugiés serait-il pour vous une « opportunité » ? Alors que le chômage mine nos sociétés (notamment notre région Alsace Lorraine Champagne Ardenne), j’ose le dire : il y a un certain cynisme à mettre en concurrence nos concitoyens avec les migrants les plus compétents. S’il s’agit de réfugiés politiques, leur objectif est de rentrer dans leur pays une fois pacifié. S’ils sont des migrants économiques, votre politique aboutit à piller les ressources humaines de leurs pays d’origine, en captant les plus entreprenants et qualifiés. Les autres viendront grossir la cohorte du chômage, pendant que nos jeunes s’expatrient !

Nous ne pouvons approuver les recommandations suivantes :

  • Comment parler de « renforcer la sécurité des personnes » alors que se multiplient les violences ? Les statistiques criminelles allemandes récentes le confirment, tôt ou tard, une société multiculturelle EST une société multiconflictuelle.
  • Attention à la demande d’augmenter les « aides psychiatriques », on sait que c’est un biais difficilement contrôlable, à la différence de la santé physique, vers la régularisation du séjour. Et je ne parle même pas de tous les auteurs d’agressions et attentats qualifiés de « déséquilibrés » !
  • Concernant les parcours d’intégration, vous voulez « réfléchir à une obligation de les suivre ». C’est bien le moins, il n’y a pas de droits sans devoirs ! C’est par cette succession de démissions que nos pays ne savent pas se faire respecter ni aimer, rendant l’intégration de plus en plus difficile.
  • À qui s’adresse la recommandation : « que chacun prenne encore mieux ses responsabilités » ? Parlez-vous aux riches pays du Golfe, qui laissent les réfugiés à la Jordanie et au Liban ? Parlez-vous à la Turquie, avec son jeu trouble en Syrie ? Parlez-vous aux gouvernements occidentaux ? Certes, ils ont une lourde responsabilité dans l’embrasement du Proche-Orient, de la Libye à la Syrie, à la traîne des intérêts américains.
  • Le texte conclut de « renforcer la collaboration car le challenge est européen ». En somme, l’Europe est en crise mais il faudrait plus d’Europe ? On va dans le mur et vous voulez accélérer ? Aujourd’hui, 2/3 des Allemands demandent un referendum sur la gestion de la crise migratoire. Les peuples s’insurgent contre la politique de peuplement, où l’immigration est utilisée pour peser à la baisse sur les salaires et conditions sociales. Tous vus comme consommateurs et travailleurs corvéables !

Ce n’est pas nos exécutifs régionaux qu’il faut interpeller sur la crise migratoire, mais bien les Etats, la Commission européenne, et l’UE.

Nous demandons le rétablissement de la souveraineté avec des frontières nationales, la fin du système Schengen de libre circulation, une politique étrangère responsable conforme à nos intérêts, couplée avec une prise en charge des réfugiés au plus près de leur pays pour favoriser leur réinstallation, et enfin l’instauration d’une aide au développement des pays d’émigration conditionnée par la fixation de la population et la lutte contre la corruption.

CPINotre contestation du texte proposé au vote a suscité un trouble certain. Impossible de la reformuler en langage « politiquement correct ». Il est d’usage que chaque délégation soit unanime… et les élus de la « droite » française n’étaient pas prêts à nous suivre, leur porte-parole Edouard Jacque (UDI) affirmant pour se démarquer du FN : « l’honneur de la France, ce n’est pas ses frontières ».

J’ai rappelé qu’il faut pourtant entendre la voix des peuples européens qui, toujours plus nombreux, contestent l’UE et veulent retrouver leur destin. À chacun de s’en saisir en 2017 !


portrait_groletFrançoise Grolet
Présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz
Conseiller régional Alsace | Champagne-Ardenne | Lorraine

/

Metz Métropole s'offre une TV + un conseiller spécial du Président
Nouvelle-Ville "En supprimant du parking, vous tuez le commerce !"
Faites le Savoir Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
1 commentaire
  1. entre le foot et le bla bla quotidien gréve casseur ect… ca rentre toujours autant et dans mon quotidien les mélanges de couleurs sont tellement tel, que je me sens en minorité ! plus belle la vie !!

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :