PourMetz.com : Remettons Metz dans le Bon Sens

Projet Bon-Secours : une accumulation d’erreurs !

Le projet Bon Secours, révélé sur le site de la Ville de Metz

Le projet Bon Secours, révélé sur le site de la Ville de Metz


Le projet de l’ex-hôpital Bon-Secours est lancé… et la municipalité socialiste répète toujours les mêmes erreurs en matière d’urbanisme
 : saturation du marché immobilier, désordres architecturaux, engorgement de la circulation, charge financière pour la ville, calendrier irréaliste et promesses d’équipements publics non tenues…

Il y a déjà un an et demi, lors du débat entre candidats aux élections municipales organisé par l’association de quartier Nouvelle Ville, la liste Front National avait émis, sur le projet avancé par Dominique Gros, des critiques qui ne font que se confirmer.

ERREUR en aggravant la saturation du marché de l’immobilier : les chiffres de la vacance immobilière à Metz sont préoccupants, et pourtant, la municipalité multiplie les chantiers nouveaux qui saturent le marché du neuf, empêchent une commercialisation rapide, et freinent la requalification de l’ancien. Une politique que l’opposition UMP/UDI messine n’est pas légitime à critiquer, puisque Metz-Métropole partage la responsabilité du chantier  le plus démesuré : la ZAC de l’Amphithéâtre. Début 2013, le vote de la procédure de choix du maître d’œuvre (le dialogue compétitif) pour la réalisation de logements, commerces et bureaux, avait d’ailleurs eu lieu à l’unanimité du Conseil municipal : l’opposition UMP/UDI a beau jeu de s’abstenir aujourd’hui ! Pour le quartier Nouvelle Ville, le programme de deux cent logements sur l’ancien site de la direction du CHR et l’école d’infirmières (rue du XXe Corps) répondait déjà à la demande de logements neufs pour tous publics : achat, locatif social, et seniors avec une résidence-services de 130 appartements. Le projet annoncé à Bon Secours de résidence ELOGIA pour personnes âgées est d’autant moins pertinent que ce type de programme ne répond qu’à une frange aisée des retraités ; quant aux EHPAD, déjà coûteuses pour les revenus moyens des seniors, Dominique Gros a dit et répété qu’il n’a pas la maîtrise de leur création.

Metz n’a pas la capacité d’absorber 400 logements neufs supplémentaires à Bon-Secours !

ERREUR dans les choix architecturaux : que vient faire un ensemble d’immeubles ultra-modernes de 7 étages au cœur d’un quartier qui ambitionne le classement au patrimoine mondial de l’Unesco ? C’est justement l’unité architecturale de la Nouvelle Ville qui est valorisée comme témoin historique exceptionnellement bien conservé. Et voilà que cet ensemble élégant et rare sera déparé et surmonté d’un artifice architectural, l’attique, toit–terrasse habitable ayant pour but de maximiser le profit… Dans un angle du programme immobilier, subsistera la moitié du bâtiment historique de Bon-Secours, partiellement conservé et muré en attendant que son sort soit fixé. Le risque est réel que cet édifice ancien soit déstabilisé par la démolition de la partie sacrifiée et les travaux d’ensemble sur le site ; nous demandons dès à présent que toutes les dispositions soient prises pour sa bonne conservation intérieure et extérieure.

Promotion immobilière ou promotion du patrimoine messin ? La municipalité socialiste n’en est pas à une incohérence près ! 

ERREUR dans l’engorgement supplémentaire de la circulation : le projet Bon-Secours englobe une réorganisation de la circulation automobile, qui répond à l’idéologie habituelle de la municipalité : sous prétexte de développer les « modes doux », sus aux voitures ! Pourtant, tout le monde ne peut pas prendre le bus ou le vélo, et l’activité d’une ville ne peut pas être dissociée de l’automobile. La circulation est actuellement dense sur les axes pénétrants au nord et au sud de la future ZAC. Mais qu’adviendra-t-il une fois la circulation réduite à une voie sur certaines artères, voire interdite par la piétonisation ? La circulation se reportera, par les rues Charles Pêtre et Verlaine passées à double sens, sur des axes déjà saturés eux aussi aux heures de pointe, comme le bord du canal, la rue Clovis, la rue Pasteur. Bouleverser les flux de circulation peut amener à des remèdes pires que le mal, comme on le voit dans d’autres quartiers, et le bilan carbone n’est pas positif quand l’automobiliste emprunte des itinéraires alternatifs plus longs, ou se retrouve bloqué dans les embouteillages.

A croire que, pour la municipalité, l’automobiliste est l’ennemi !

ERREUR dans le plan de financement déficitaire du projet : l’Etat a vendu à la Ville l’ancien hôpital Bon Secours pour 11,5 millions d’euros. S’ajoutent les frais financiers, les frais d’études pour la sélection du maître d’œuvre, de gestion du site (le gardiennage coûte 24 000 euros/mois, la gestion courante est évaluée à un million), la dépollution et la démolition (la première tranche a coûté 2 millions partagés entre la Ville et l’EPFL). En face, l’opérateur immobilier (Sté Habiter, Rizzon et Logiest) rachète le terrain nu pour 12,5 millions, et la Ville ajoute en bonus une centaine (et non plus 137 comme annoncé il y a 2 semaines…) de places du parking Maud’huy (pour le bâtiment LOGIEST) qui lui coûtent au bas mot 1 million d’euros. La Ville conserve la propriété du bâtiment historique, évalué à 2 millions d’euros, s’il survit aux travaux. Elle devra financer les travaux importants de voirie nécessités par ce projet, et les aménagements publics, qui sont prévus a minima pour le moment.

Bref, une opération plus intéressante pour le promoteur que pour la Ville !

ERREUR par les promesses qui ne seront pas respectées :2015-30-10-bon-secours-le-projet-c-pour-quand

  • Le calendrier ne sera pas tenu : Il y a un an et demi, on nous disait que le programme immobilier de la rue du XXe Corps devait être achevé fin 2015, or il est loin d’être achevé : est-ce à dire que la conjoncture n’est pas si favorable ? Les habitants sont pressés de voir disparaître la friche hospitalière… Cela justifie-t-il de communiquer sur le calendrier de la ZAC Bon-Secours qui sera encore moins respecté, comme c’est le cas depuis le début ?

  • Les équipements publics attendus par les habitants du quartier et annoncés en réunion de comité de quartier fin 2013) ne sont ni financés, ni planifiés : on risque d’attendre encore longtemps la mairie de quartier (l’actuelle est louée), l’école (Ste Thérèse est saturée) les équipements sportifs nécessaires vu la densité scolaire, les espaces associatifs et de réunion (inexistants dans le quartier), le centre médical de proximité pour tenter de pallier au départ du CHR. D’autant que le bâtiment ancien, qui devait héberger ces projets utiles au quartier, est indiqué comme « réserve foncière » dans la délibération du Conseil municipal d’octobre. La municipalité a fait miroiter aux habitants des projets sur lesquels elle ne prend aujourd’hui aucun engagement. Même l’aménagement de l’espace public (place P de Vigneulles, place JP Jean…) n’est pas compris dans le projet actuel. Au point que c’est le promoteur lui-même qui s’est ému de la « décrépitude » de l’église Ste Thérèse ! Enfin, avant les commerces promis il faudra déjà que ceux qui existent résistent au chantier de la ZAC, venant après celui du Mettis, en plus de la perte de clientèle de l’hôpital et de la SNCF.

Requalification du cœur de quartier, école, mairie, équipements sportifs et associatifs attendront : la promotion immobilière est leur priorité !

Lors des élections municipales, nous avions proposé, en plus des équipements publics dans le bâtiment historique intégralement conservé, et à l’opposé de la densification de l’habitat voulue par la municipalité : de réaliser, sur une partie de la friche de Bon Secours, un espace vert digne de notre ville-jardin, utile pour contrebalancer la densité de circulation et apporter une réponse adaptée au sentiment de déclassement du quartier exprimé par les habitants. Nouvelle ville est un quartier familial avec une forte population scolaire, qui justifierait un espace de jeux de qualité, sur le modèle par exemple de la ville de Luxembourg. L’espace devait être sécurisé pour ne pas être source de problèmes supplémentaires.

En conférence de presse, le premier adjoint R. Lioger avançait : « ce projet doit respecter l’esprit du quartier, les finances de la mairie, et le calendrier ». Nul doute que les habitants du quartier déchanteront, quand ils verront que non seulement les équipements publics qu’on leur a fait miroiter avant les élections ne sont pas près d’être programmés, mais que le projet immobilier sera source de nuisances et de dégradation pour leur cadre de vie. Pour l’ensemble des Messins, ce nouveau chantier représente une circulation toujours plus difficile, un déséquilibre pour nos finances, et le creusement de la vacance immobilière.

Françoise GROLET

Présidente du groupe Rassemblement Bleu marine pour Metz

Bon Secours, c'est pour quand ?
Hausse fiscale "traumatogène" à Metz-Métropole : parlons-en !
Faites le savoir Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Email this to someoneShare on Facebook0
5 commentaires
  1. ERREUR : il n’y a pas d’engorgement de circulation… Arrêter de faire croire que le projet pénalisera la circulation. Actuellement les artères principales sont totalement sous utilisées. La rue de Verdun ne voit passer presque aucune voiture malgré les 2×2 voies. La Rue de Verlaine en sens unique est une idiotie et reporte le trafic l’avenue de Nancy et la rue Abel, ça n’a pas de sens.

    Quand à la mobilité douce… prenez votre bicyclette, baladez vous rue de Verdun et du XXe corps, elles sont très agréables si vous aimez être en compagnie de fous de la vitesse!

    • Toujours dans la démagogie le bobo gaucho!.on reconnaît cette espèce à 10km par leurs cris habituels dès que l on conteste et démonte leurs idées « progressistes »! C est leur démocratie à eux!

  2. Vous n’avez aucune légitimité à parler au nom « des gens du quartier »! Merci!
    Extrait du RL 30oct2015 : « Metz n’a pas besoin de 400 logements supplémentaires. Les habitants du quartier sont pressés de ne plus voir de friches, mais sont contre la densité urbaine »

    • Les riverains ont été sondés… renseignez-vous… Ils demandaient des espaces verts en priorité.

    • Et toi tu as la légitimité pour te considérer le porte parole du quartier?
      Le bobo gaucho pense être un che Guevara…mais on s aperçoit en général très vite qu il a autant de courage qu une serpillère humide…

Laisser une réponse

Le Maire de Metz ne vous demande pas votre avis. Nous si.

Migrants
Malgré les demandes du groupe Front National, le maire de Metz et son équipe ne veulent pas demander leur avis aux messins par le biais d'un référendum sur la question importante de l'accueil de plusieurs centaines de migrants à Metz et alentours.
Sur ce sujet, même la vieille droite, (ex UMP, UDI, ...) est d'accord avec le maire : il faut accueillir à bras ouverts ces hommes souvent seuls qui ensuite feront venir leurs familles.
Nous vous donnons ici la possibilité de donner votre avis sur l'accueil de nouveaux migrants. N'hésitez pas.

Sondage Migrants

Souhaitez vous que Metz accueille de nouveaux migrants ?

View Results

Loading ... Loading ...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des nouvelles Pour Metz

Sélectionner une liste :